6 avr. 2011

Séances de rattrapage : AVANT L'AUBE / TOUS LES CHATS SONT GRIS / MORNING GLORY

Je pourrais vous dire que ces trois films sont réunis car ils offrent trois visions différentes et complémentaires de la figure paternelle. Alors qu'en fait non.

Six années après un Barrage plus que prometteur, Raphaël Jacoulot signe un retour assez puissant avec ce polar enneigé. À un personnage près (la fliquette exubérante et perspicace surjouée par Sylvie Testud), Avant l'aube est une tragédie sans faute, dans laquelle un banal accident crée une série de réactions en chaîne. La quête du père est au centre de cette histoire de faux coupable en puissance, dans un hôtel plus neutre que celui de Shining mais au potentiel angoissant non négligeable. Les scènes entre Jean-Pierre Bacri et Vincent Rottiers, magnifiques, transcendent ce film inquiet, maîtrisé de part en part, limpide jusque dans une conclusion d'une intelligence rare. On ne laisse pas facilement derrière soi cette tragédie de l'intime, truffée de virages en épingle comme l'indiquent malicieusement le premier et le dernier plan du film.


À la mort de son ex-femme, un juge finlandais taciturne (pléonasme) est contraint de faire cohabiter sous le même toit ses 2 enfants nés de ses mariages successifs. Leur rapprochement un peu trouble, qui perturbe son quotidien et son sens de la morale, va le contraindre à réagir. Amorphe pendant une heure, le film finit pourtant par décoller avant de se crasher aussitôt, prisonnier d'une hystérie tout aussi soudaine. Que des problèmes familiaux se règlent au sabre, pourquoi pas... à condition que cette folie inattendue ait un minimum de cohérence. Puis Tous les chats sont gris finit dans un flot d'incompréhension et confirme son statut de film vide et creux. N'est pas drôlement laconique qui veut : c'est ce que devrait retenir Aleksi Salmenperä, metteur en scène froid et dépourvu d'âme.



Quand un journaliste d'investigation sans concession atterrit malgré lui à la tête d'une matinale américaine, on s'attend à des étincelles... qui ne viendront jamais. Malgré un casting assez élégant, Morning glory ne donne rien de bon, plus occupé à fignoler mille petites leçons de morale qu'à tenter de séduire son public. Virant derechef son personnage le plus drôle (un anchorman libidineux et fétichiste), le film dresse un parallèle paresseux entre cercle professionnel et rapports familiaux. On regretterait presque la mauvaise humeur légendaire de William Leymergie à force d'assister au naufrage d'Harrison Ford, qui semble penser que la comédie est une simple affaire de grimaces. Qu'il s'avise déjà de retirer le parapluie coincé dans son fondement.






Avant l'aube de Raphaël Jacoulot. 1h44. Sortie : 02/03/2011.
Tous les chats sont gris (Paha Perhe) d'Aleksi Salmenperä. 1h30. Sortie : 30/03/2011.
Morning glory de Roger Michell. 1h47. Sortie : 06/04/2011.

1 commentaire sur “Séances de rattrapage : AVANT L'AUBE / TOUS LES CHATS SONT GRIS / MORNING GLORY”

Pascale a dit…

Avant l'aube est un GRAND GRAND film.
Je t'agrée.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz