18 avr. 2011

SCREAM 4

Comme les frères Farrelly, dont l'immonde B.A.T. sort la semaine prochaine, Wes Craven et Kevin Williamson ont vieilli. Et mal vieilli. Quoi de plus pathétique que de voir des mecs hors du coup s'auto-ringardiser à vitesse grand V en tentant de se faire passer pour des petits jeunes... Voilà un film où Facebook et Twitter en prennent pour leur grade au détour d'une pauvre réplique avant d'être purement et simplement ignorés pendant le reste du film. Un film où les héros, bien qu'issus de banlieues huppées, ne semblent pas posséder de téléphones mobiles dignes de ce nom et ne communiquent entre eux qu'à l'aide d'encombrants téléphones fixes. Un film qui se termine sur une condamnation terriblement premier degré de la télé-réalité et surtout du star system, comme si Warhol n'avait jamais parlé du fameux quart d'heure de célébrité. Scream 4 est un film de vieux cons de moins en moins à la page mais de plus en plus moralisateurs. Même la façon dont le duo Williamson-Craven taille un short aux slashers d'aujourd'hui (« ouh la la, Saw 4 c'est tellement nul ») a de sérieux relents de naphtaline.

Dix ans ont passé depuis la fin d'une première trilogie qui rendait gentiment hommage aux grands titres du slasher et à leurs codes, mais rien n'a changé depuis la conclusion de Scream 3. C'est à la fois l'immense défaut et le principal intérêt de ce numéro quatre ressemblant à un weekend ennuyeux mais vaguement nostalgique que l'on irait passer dans la ville de son enfance. Woodsboro reste Woodsboro, et c'est d'ailleurs pour cela que Scream 4 n'est pas tout à fait nul. On prend plaisir à reluquer Neve Campbell et Courteney Cox pour deviner qui a subi quelle opération chirurgicale, on s'amuse de retrouver ce raté de David Arquette, on attend patiemment un rebondissement final dont on ne prend même plus la peine de chercher la nature. Et c'est à peu près tout. Les meurtres se succèdent de façon assez conventionnelle, puisqu'à part le fameux couteau ayant toujours servi à Ghostface (du nom du masque hideux ayant toujours dissimulé les tueurs de la saga), seule une porte de garage servira à éradiquer la jeunesse locale... référence avouée au premier film, dans lequel Rose McGowan subissait un déchirant écrasement pulmonaire.

Le grand enjeu de ce Scream 4, clairement annoncé comme le début potentiel d'une nouvelle trilogie, était de voir comment Williamson (de retour après avoir laissé le soin à Ehren Kruger d'écrire le volet précédent) allait se dépatouiller pour donner un élan nouveau à une franchise peu mobile. La réponse est décevante : concrètement, les jeunes actrices plus (Hayden Panettiere) ou moins (Emma Roberts) convaincantes n'ont pas été engagées en tant que futures scream queens, les vieux de la vieille sont présents en tant que vaches sacrées monolithiques, et aucun concept fort ne permet de reléguer au second plan le manque d'écriture des personnages. En laissant derrière elle le personnage de Randy (Jamie Kennedy), spécialiste du film d'horreur et analyste laconique des situations vécues, la première trilogie a tué le peu de singularité de la saga, et traîne désormais comme un boulet l'obligation de parler régulièrement de septième art et de lancer quelques offensives humoristiques fort malvenues. Hormis lors de son prologue gratuit mais ludique, Scream 4 ne fonctionne jamais en tant que film, mais résonne davantage comme un album photo à destination des cinéphiles blasés qui furent autrefois des adolescents enthousiastes et impressionnables.



Scream 4 de Wes Craven. 1h50. Sortie : 13/04/2011.

3 commentaires sur “SCREAM 4”

John a dit…

Lu sur un blog : "Les aventures de Capitaine puceau, j’ai d’abord cru que c’était un film sur Rob Gordon. J’aurais préféré. En lieu et place du papa le plus relou du monde, c’est un casting sponsorisé par la trisomie 21 qui peuple Philibert : Jérémie Renier, Manu Payet et Alexandre Astier."

Pascale a dit…

Bon, apparemment tu me déconseillerais plutôt de ne pas commencer mon initiation par ce film !
Tant mieux.

Dis donc, t'as un nouvel ami.
Pourquoi il vient te parler de Philibert le John ?
Et qu'est-ce qu'il a contre les trisomiques ?
Et pourquoi il dit que t'es puceau ?
T'es puceau ?

billy loomis a dit…

pas besoin de vous plaindre y en a qui sont des fans du film et entre nous si vous pensez que les films comme titanic qui sont sortis depuis des années vont continuer à gagner des oscars chaque années, eh ben vous vous trompez, scream 4 est peut ètre pas aussi bien que les autres mais il faut s'y attendre et maintenant c'est kevin williamson qui s'en charge donc c'est un peu normal que le film soit quelque peu changé... non mais!!!

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz