2 mars 2011

LE VOLEUR DE LUMIÈRE

Quelque part entre le Tadjikistan et le Kazakhstan se dresse le Kirghizstan, république d'Asie centrale née de l'éclatement de l'URSS en 1991. 5 millions d'habitants et un réalisateur majeur, Aktan Arym Kubat (également connu sous le nom de Aktan Abdykalikov), auteur de la trilogie composée de La balançoire, Le fils adoptif et Le singe. Autant dire qu'on ne voit pas tous les jours des films kirghizes sur les écrans français. Le voleur de lumière a de quoi le faire regretter : le film d'AAK est en effet une très jolie fable doublée d'un traité de socio-politique aussi accessible que prenant. Le voleur de lumière du titre, surnommé "Monsieur Lumière" par ses concitoyens, est un vieux type qui prend tous les risques pour trafiquer compteurs et poteaux électriques afin de fournir à son voisinage de l'énergie gratuite et donc un peu de liberté. Sa force de séduction, le film la doit avant tout à son personnage principal, dont l'héroïsme va de pair avec une sympathie de tous les instants. C'est un homme bon, souriant, dont l'intégrité fait plaisir à voir. Pour autant, ce Voleur de lumière n'a rien d'un film candide, l'optimisme de son héros finissant par être noyé dans la triste condition de son pays.

Passe-droits, corruption, intimidations : le Kirghizstan n'est pas exactement le pays de Candy, et les activités illégales et dangereuses de Monsieur Lumière constituent une forme de réponse à ce système gangréné et immobile. Aktan Arym Kubat dresse une sorte d'apologie de la débrouille, de petit traité de résistance sans prétention. Sans oublier d'aborder les limites de telles pratiques, notamment la promiscuité permanente de la mort (les décharges électriques, ça pique) et le risque de se faire gauler par les puissants, autorités ou promoteurs, unis contre ce justicier du quotidien. Le voleur de lumière revisite en fait le mythe de David et Goliath, à ceci près que ce combat des faibles contre les forts verse peu à peu dans un pessimisme épais. Comme si le système D et les rafistolages quotidiens ne pouvaient durer qu'un temps, condamnés à finir écrasés par le grand capital.

La portée du film est cependant assez réduite, essentiellement parce qu'il arrive après d'autres oeuvres issues de cette partie du monde. Des bijoux comme Urga de Nikita Mikhalkov ou le récent Tulpan faisaient déjà état de ce grand écart permanent entre l'envie de perpétuer des traditions et un désir (un besoin ?) de se tourner enfin vers la modernité du monde contemporain. Ce propos déjà vu, le cinéaste s'en acquitte fort heureusement de manière symbolique, en opposant le monde formaté des pylônes électriques à celui plus naturel des éoliennes. Deux installations qui permettent, pour peu qu'on s'y perche, de voir le monde de plus haut et de plus loin, d'avoir suffisamment de distance pour mieux apprécier les choses à leur juste valeur. De la distance, Aktan Arym Kubat en manque certainement un peu, comme s'il était impossible dans les pays en -stan de traiter d'autres sujets, d'explorer d'autres contrées, d'évoluer ailleurs que dans cet esprit à la fois pittoresque et grave, comme des Kusturica sous Prozac. On sent chez le réalisateur une volonté de faire les choses autrement, de magnifier son récit par une photo splendide ou d'intercaler quelques miettes de bizarrerie (plans quasiment lynchiens sur des ânes courant au ralenti) dans cet univers si éloigné de nous et que l'on commence pourtant à connaître un peu trop par coeur.



Le voleur de lumière (Svet-Ake) d'Aktan Arym Kubat. 1h16. Sortie : 02/03/2011.

Critique publiée sur Playlist Society.

7 commentaires sur “LE VOLEUR DE LUMIÈRE”

Pascale a dit…

Tu as raison je le connais beaucoup plus sous le nom de Aktan Abdykalikov... et voir des baudets courir au ralenti, j'en rêve !

H.L. a dit…

Merci pour l'affiche ! ;)

Il me tarde d'aller le voir.

Jul a dit…

Merci de ma part aussi!

Anonyme a dit…

J'ai hâte de voir ce film qui est actuellement en projection à Grenoble. J'ai beaucoup entendu parler de ce film à la fois simple et fabuleux d'un fameux réalisateur kirghize très connu au Kirghizstan mais aussi à l'étranger.

Laterna Magica a dit…

C'est vrais que le cinéma Kirghiz est rare, c'est bien malheureux car le peu qui nous parvient est fabuleux.

AAK a mis dix ans à faire ce film simplement parce qu'il a éprouvé toutes les difficultés du monde à monter son film dans son pays, d'autant que les soubresauts politiques sont importants et violents là bàs.

Néanmoins, il y a au moins un autre auteur kirghiz que je recommande. Il s'agit de Marat Sarulu, moins pour le Chant des mers du sud - film carte-postale s'il en est - que pour Le Faisan d'or qui m'avait beaucoup impressionné, notamment du simple point de vue esthétique.

Et sinon, d'une manière générale, le cinéma d'asie centrale m'est passionnant. Cf. le kazakhstan entre autres avec Darejan Omirbaev.

Bref. En tout cas, je suis ravi que tu ais aimé Le Voleur de lumière. Si tu n'as pas vu les autres de AAK, je te les recommandes chaudement, en particulier Le Fils adoptif.

Benoît

Anonyme a dit…

En découvrant ce film, je me suis souvenu qu'au début des années 90, j'ai fait lire à mes jeunes élèves un nouvelle "Les voleurs de lumières" de Victor Carvajal auteur de jeunesse chilien. L'histoire, une bande de gamins décide de brancher l'électricité pour une dame seule ayant un bébé de six mois mais la compagnie d'électricité veille ..., l'action se passe au Chili à l'époque de la dictature.
Voilà, juste une coïncidence qui m'a rappelé un bon moment de lecture avec mes élèves et qui me donne une raison supplémentaire d'aller voir le film s'il passe à La Réunion.
gerald

patricia a dit…

J'ai beaucoup aimé ce film d'une très grande sensibilité. Les rapports humains sont filmes avec justesse, l'image est belle. c'est un beau poême.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz