29 mars 2011

EASY MONEY

Ah, tiens, un film suédois, même s'il faut passer au-delà de son affiche très ricaine — et en tout cas archi rebattue — pour s'en apercevoir. Rebaptisé Easy money pour le marché international, le film de Daniel Espinosa s'apparente à un vague mix de Truands, boucherie scarfacienne de Freddie Schoendorffer, et de Romanzo criminale, fresque sentimentalo-gangsterienne de Michele Placido. Des références qui pourraient aisément être remplacées par d'autres tant le film semble piocher partout et nulle part à la fois, papillonnant l'air de rien entre mille autres œuvres pour mieux tromper son monde. Choral, familial, lacrymal, dur, noir, plombant, violent, Easy money parvient à caser dans ses deux (trop) longues heures autant de registres et d'impressions que possible. Quitte à épuiser l'audience ou à semer son monde en route.

Correctement exécuté, le film d'Espinosa brasse des thèmes éculés sans autre espoir que celui de passer, au moins momentanément, pour un film américain. D'où une sorte d'évidence : ce qui fait le plus défaut à ce film suédois, c'est justement la Suède. On ne peut pas blamer Easy money de n'être ni du Bergman ni du Roy Andersson ; on ne peut pas attaquer la prolifération de nationalités et de langues dans cette histoire de trafic de blanche ; et pourtant, vu de France, manque au film de Daniel Espinosa un peu de couleur locale, le froid, les Krisprolls, les jolies blondes et les buts du gros Thomas Brolin. Ce film pourrait venir de n'importe où, de n'importe qui, qu'il serait en tous points le même. Tout y est interchangeable, y compris les lieux et les langages. Soudain, on comprend mieux l'affiche : elle aussi nous joue le coup du brave film polyglotte, impressionnant car universel, sans jamais trouver dans le script la caractéristique qui permettrait de le faire sortir du lot.

L'aspect le plus réussi d'Easy money est sans doute sa part de drame familial. Une facette parfois agaçante mais qui donne un brin de relief à des situations déjà vues. Le problème vient du systématisme du scénario, qui fait de chaque protagoniste un homme qui souffre depuis toujours, anecdote d'enfance à l'appui. Voir tous les personnages se pencher ainsi sur leur passé a parfois tendance à transformer ce polar en gigantesque thérapie de groupe où chacun cherche à justifier ses méfaits. « Je suis malhonnête car une fois j'ai perdu mes gants et je me suis fait frapper » : tous ont pour seule envie de raconter leur petit trauma personnel pour se faire prendre en pitié et ainsi pardonner.

Reste que les trajectoires de ces types peu sympathiques — pourtant ils essaient très fort — se suivent sans mal, fluidifiées par un style très passe-partout mais un peu clinquant néanmoins. On espère que le cinéma suédois, trop discret sur nos écrans, aura bientôt plus intéressant à nous proposer que ce petit polar calibré et assez interminable.




Easy money de Daniel Espinosa. 2h04. Sortie : 30/03/2011.

4 commentaires sur “EASY MONEY”

Pascale a dit…

style passe partout et clinquant, t'as pas l'impression de...

non,
rien,
continue !
De toute façon on voit bien que t'as jamais perdu tes gants ! Mais un jour tu vivras ce genre de drame, et tu feras moins ton fier.

Rob a dit…

C'est clinquant mais passe-partout, parce que tous les films de ce genre font dans le clinquant. Donc le film ne sort pas du lot. C'est parfaitement clair. Tu m'embêtes à la fin. Pis j'ai jamais perdu mes gants. Ça m'a évité tout problème.

Pascale a dit…

Je suis sûre que t'as même pas de gants pauvre baltroche !

Pascale a dit…

Et puis je suis désolée, quand t'es clinquant, t'es pas passe partout... sinon ça sert à quoi d'être clinquant. Clinquant c'est pour te faire voir. Si t'es passe partout, tu te fais pas voir, du coup t'es beaucoup moins clinquant...

En même temps, je suis en train de parler à un mec qui porte pas de gants, ça aide pas !!!


Oh ??? on dirait un pub ! Laquelle ?

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz