26 déc. 2010

Séances de rattrapage : POTICHE / À BOUT PORTANT / MONSTERS

J'avoue, je délaisse salement ce blog au profit d'un autre qui marche pourtant nettement moins bien en terme de fréquentation. Simple question de priorités, et manque de matière première également : je vois actuellement très peu de films, voire pas du tout, préférant rester à la maison en compagnie de mon amoureuse à gros ventre.
Récemment, il y a même des films que j'ai vus mais à propos desquels je n'ai pas eu envie d'écrire. Principalement parce qu'arriver après la bataille n'aurait pas servi à grand chose, et parce que ce sont trois films que je n'ai pas spécialement apprécié. Sans colère ni passion. Juste mollement. Un petit récapitulatif, bref et sans prétention, s'impose, histoire de remettre les compteurs à zéro.


François Ozon a toujours été un cinéaste intéressant mais aussi inégal que trop pressé. Et malgré sa délicieuse direction artistique, Potiche tourne rapidement en rond. D'abord parce que le film reprend la majorité des artifices déjà employés dans un 8 femmes aux thématiques pourtant éloignées : cluedoïsation des personnages, chansons pour les caractériser, désacralisation de la ménagère... Les comédiens se régalent, les bons moments affluent mais l'ensemble reste d'une fadeur extrême. Et l'anti-sarkozysme primaire de certaines répliques donnerait presque envie de voter UMP juste pour faire chier le cinéaste blanc-bec, qui commence à se faire trop vieux pour jouer encore les jeunes cons. On préfèrera revoir Le bonheur est dans le pré (aux préoccupations finalement voisines) et d'autres Ozon bien plus profonds et drôles, comme le trop méconnu Gouttes d'eau sur pierres brûlantes, géniale adaptation de Fassbinder.





Auteur d'un Pour elle juste acceptable car aussi scolaire que peu crédible, Fred Cavayé livre avec À bout portant un film Rank Xerox, puisqu'il recopie tranquillement les enjeux conjugaux et familiaux de son premier long et pille par ailleurs quelques polars hong-kongais pour mettre en boîte une intrigue jamais haletante malgré sa forme de course contre la montre. La mise en scène a beau tenter d'être nerveuse, demeure l'impression de se trouver face à un téléfilm planplan dont les pics de noirceur sont trop artificiels pour être honnêtes. Si Gilles Lellouche est toujours aussi bien, on ne sait pas que Gérard Lanvin et Roschdy Zem pouvaient être aussi nuls. D'Olivier Marchal à Fred Cavayé, la France n'est décidément pas près de renouer avec l'excellence en matière de films noirs. Jean-Pierre Melville et les autres peuvent dormir tranquilles : personne n'ira les déranger dans leur panthéon.





Annoncé à tort comme un nouveau District 9 (tant mieux), le film de Gareth Edwards ressemble plutôt à une version live d'un film de Hayao Miyazaki ou à une relecture de la Guerre des mondes par Terrence Malick. Ou presque : confondant dépouillement et vacuité, le metteur en scène se laisse gagner par un sentimentalisme qui aurait été plus digeste s'il s'accompagnait d'un propos un peu plus consistant. Mais non : hormis un dernier quart d'heure stimulant bien qu'un peu niais, Monsters est une interminable litanie qui semble réservée aux fans de Yann Arthus-Bertrand. C'est un peu dur, mais le buzz avait été si fulgurant qu'on pouvait tout de même s'attendre à une oeuvre moins banale. Un joli filmage et de bonnes intentions bien polies ne remplaceront jamais un vrai style ou un script en béton armé.






Potiche de François Ozon. 1h43. Sortie : 10/11/2010.
À bout portant de Fred Cavayé. 1h25. Sortie : 01/12/2010.
Monsters de Gareth Edwards. 1h33. Sortie : 01/12/2010.

2 commentaires sur “Séances de rattrapage : POTICHE / À BOUT PORTANT / MONSTERS”

Ripley a dit…

Merci !
je pensais être la seule à avoir trouvé Potiche épuisant.
Bonne année.

Lord Elrond a dit…

Bien d'accord avec toi au sujet de ta critique de Monsters. Ta dernière phrase résume tout, en étant même plutôt sympa vis à vis de ce film.

http://ilaose.blogspot.com/2010/11/monsters.html

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz