5 nov. 2010

DATE LIMITE

Tout comme Francis Veber avait trouvé son Pierre Richard, Todd Phillips ne compte apparemment pas lâcher Zach Galifianakis : avec la suite de Very bad trip, actuellement en tournage, cela fera trois films consécutifs pour le réalisateur et son acteur presque fétiche. Il faut dire qu'avec un tel monument comique en tête d'affiche, la moitié du travail semble déjà effectuée pour peu que le scénario proposé ne soit pas trop paresseux. Date limite assume pleinement son statut de Galifianakis show, mettant l'acteur sur un piédestal à chaque seconde et ne laissant finalement que quelques miettes à ses partenaires, d'un Robert Downey Jr. pourtant très présent à des seconds rôles tels que Jamie Foxx ou le grand Danny McBride. Cela constitue à la fois sa force et sa limite : le gros Zach a beau être porteur d'un potentiel comique démesuré, le film peine globalement à tirer le maximum de ses facéties et de leurs conséquences.
Basé sur une mécanique déjà vue mais souvent efficace, Date limite se situe à la lisière du road movie et du buddy movie, contraignant un type relativement normal à cohabiter durant quelques jours avec un boulet absolu, le temps de renouer avec un quotidien plus stable. De La chèvre à Midnight run, le genre a déjà prouvé son efficacité, et le scénario écrit à huit mains a plutôt de la ressource pour forcer encore et encore les deux hommes à suivre la même route malgré leurs divergences de personnalités et d'humeurs : en cela, le film se tient plutôt bien, ne cédant jamais à la facilité pour mieux faire rebondir, quart d'heure après quart d'heure, des situations cependant un peu vaines. On a un peu soupé de ces histoires de cendres transportées dans une boîte de café afin d'aller les répandre dans le grand canyon ; l'utilisation systématique d'un chien patibulaire pour masquer le manque de drôlerie d'une scène a également de quoi chiffonner ; certaines scènes dont la rencontre avec le personnage de Jamie Foxx semblent traîner en longueur pour finalement pas grand chose. Sans doute valait-il mieux ne rien en attendre, mais Date limite peine à supporter la comparaison avec l'hilarant Very bad trip, qui alliait rythme et originalité. Et qui employait déjà Galifianakis dans un rôle tout à fait similaire, mais avec la fraîcheur de la découverte dont ne bénéficie plus ce film-ci.
Pour être chaviré par le rire ou renversé par l'émotion, il aurait fallu que le film se planque un peu moins, qu'il choisisse son camp au lieu d'adopter la morne posture du centriste. Il aurait facilement pu être plus méchant, mais n'ose pas aller jusqu'au bout de ses envies de mauvais goût : si effectivement une tête blonde finit par morfler, le traitement réservé à un handicapé antipathique est nettement plus tiède et plutôt à l'image de l'ensemble. Il aurait également pu verser davantage dans le romantisme, ou dans un certain éloge de la famille américaine moderne, mais le personnage de la femme enceinte, que le héros doit rejoindre au plus vite afin d'assister à son accouchement, n'est traité que comme un vague McGuffin. Impression renforcée par l'emploi de la mimi mais transparente Michelle Monaghan, qui n'est là que pour geindre à intervalles réguliers et symboliser l'urgence de la situation. Et ce n'est que par quelques gags hélas trop ponctuels que Date limite parvient à séduire, notamment parce que les oeillades de Zach Galifianakis - mais si, mais si, vous finirez par retenir son nom - n'ont actuellement guère d'égal dans le cinéma comique américain, si ce n'est peut-être celles d'un certain Will Ferrell. Impossible cependant de bouder son plaisir : malgré son manque de corps et de rythme, le film de Todd Phillips vaut plutôt mieux que la moyenne, et donne sacrément envie de suivre le réalisateur jusqu'à Bangkok, où se déroulera vraisemblablement la suitedu monument qu'il nous offrit il y a dix-huit mois.



Date limite (Due date) de Todd Phillips. 1h40. Sortie : 10/11/2010.

4 commentaires sur “DATE LIMITE”

Pascale a dit…

Quand tu dis "le grand Danny McBride", tu parles de sa taille parce que j'en ai jamais entendu parler de ce grand.

Quand tu dis "un type relativement normal", tu parles quand même pas de MON Robert ??? Ce type est complètement barré et le Zach aura beau s'agiter (il a toujours besoin d'un accessoire apparemment... un bébé ou un chien) il ne lui arrivera jamais à la braguette.
Pardon, mais j'ai un peu faim ces jours ci !!!

Quand tu dis "plutot", tu veux évidemment dire plutôt !!!

Quand tu écris "d'aler" tu parles-tu du verbe aller ou d'un autre ?

Là, j'ai commencé à lâcher : "Il aurait facilement être plus méchant".

Et là, je crois qu'on t'a complètement perdu : "l'emploi de la mimi par transparente Michelle Monaghan".

Bon en résumé, c'est pas terrible mais c'est pas mal quand même ! T'es vachement déçu mais ça t'a plus pas mal non plus !

Ah oui, pendant que je te tiens. Je suis tombée sur le classement wikio.
Et d'une je trouve inadmissible et pas très urbain que au vu de la période pas facile que je suis en train de vivre avec mon chéri, je ne sois pas redevenue prem"s comme au bon vieux temps où je l'étais et que ça défrisait du monde !
Et de deux, peux tu me dire si le premier wikiste actuel est un VRAI blog cinéma,
ou c'est moi ?

Merci de ton attention.
Tu peux ne pas répondre aux comms comme d'hab".

Rob a dit…

Ah ouais quand même. On m'avait signalé une faute de frappe, mais pas autant de bévues.

Concernant Wikio, ils ont eu peur que te refiler la première place ne ressemble un peu trop à un César d'honneur. Un truc moche, quoi.
En revanche, le premier Wikiste actuel n'est pas un blog cinéma. Le vrai premier se nomme donc Filmosphère.

Bises, baltringue.

Pascale a dit…

Qui est ce "on" ???
MDR.
Vire le !

Oui la première place ça aurait presque fait posthume, j'agrée ! Mais est-ce que j'ai été une VRAIE première ???

Tcho, gros.

Pascale a dit…

Et le MCBride ? Faut que je découvre moi-même qui c'est ?

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz