27 oct. 2010

PARANORMAL ACTIVITY 2

Dans son genre très à la mode, le premier Paranormal activity se tenait plutôt bien, jouant habilement sur la frustration du spectateur en le laissant poireauter comme une pauvre cloche pour lui offrir enfin une poignée d'effets futés à défaut d'être terrifiants. Devenu entretemps le film le plus rentable de l'histoire, le coup d'éclat d'Oren Peli ne pouvait rester sans suite, et c'est tout naturellement que la Paramount s'est saisie du projet avec une rapidité d'exécution relevant d'un opportunisme certain. Comment reproduire un one shot de petit malin sans que cela se voie trop ? Comment compenser l'absence d'effet de surprise et parvenir à fournir du frisson à des spectateurs désormais rompus à l'exercice ? Le film de Tod Williams y répond avec honnêteté et fatalisme : sans trahir la formule d'origine, c'est relativement impossible. Refusant de sombrer dans la réexploitation incohérente — rappelons-nous Blair witch 2 —, le réalisateur et son scénariste se sont contentés d'en remettre une couche avec ce qui ressemble à une sorte de spin-off du premier volet.
Le film suit en effet la sœur de Katie, l'héroïne du film précédent, qui vient de donner un fils à son nouveau mari, lui-même déjà père d'une adolescente. L'un des partis pris de Paranormal activity 2 est de profiter de l'aisance financière du monsieur — qui possède plusieurs restaurants Burger King — pour s'offrir un décor riche en grandes pièces et en possibilités nouvelles, dont une piscine à ciel ouvert qui ne manquera pas d'être utilisée... à très petites doses, bien entendu. Car le film de Tod Williams n'entend pas non plus se démarquer de son prédécesseur en terme de quantité d'effets. Il faudra se montrer très patient avant d'observer de réels phénomènes paranormaux. C'est d'ailleurs dès que sa machinerie surnaturelle se met enfin en branle que le film dévoile ses faiblesses et son manque d'accroche dramatique : le jeu sur la frustration ne fonctionne plus, et les quelques images « stupéfiantes » délivrées par le réalisateur sont d'une part trop proches de celles de Paranormal activity — portes qui claquent, corps traînés par les pieds — et passablement ridicules — un bébé qui lévite, c'est plus rigolo qu'autre chose. À croire que les démons sont des farceurs fainéants.
Le film entend consolider la mythologie développée dans le premier épisode, où le personnage de Katie expliquait avoir ressenti de curieux phénomènes dès son enfance. Il y arrive assez bien, en disant juste assez pour donner presque envie de se taper un troisième volet rien que pour en savoir encore un peu plus sur une malédiction décidément très famille. On craint pourtant qu'un Paranormal activity 3, qu'on imagine bien sortir en direct to DVD vu le tout petit score du numéro 2 au box-office, ne fasse qu'accentuer les défauts de ce film-ci, et notamment une envie mal contenue de délaisser de plus en plus les caméras de surveillance pour favoriser le maniement du caméscope numérique, plus pratique pour les scénaristes mais aussi beaucoup moins singulier. Paranormal activity 2 n'a rien de franchement détestable, en tout cas pour qui a supporté le film précédent, mis on sent bien qu'une extension de la franchise ne pourrait mener que vers du vide alors qu'il ne s'agissait au départ que d'un projet certes contestable, mais aussi sympathique que modeste.



Paranormal activity 2 de Tod Williams. 1h31. Sortie : 20/10/2010.

Laissez le premier commentaire sur “PARANORMAL ACTIVITY 2”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz