18 sept. 2010

SOLDAT DE PAPIER

Rares sont les films hors États-Unis à s'être focalisés sur les premiers conquérants de l'espace ; ce Soldat de papier semblait d'autant plus alléchant qu'il s'intéresse principalement à la préparation et à l'entraînement des premiers cosmonautes russes. Démarrant six semaines avant le départ du voyage spatial, le film d'Alexei Guerman Jr. se déroule uniquement à terre et se focalise sur les états d'âme et les angoisses des futurs conquérants de l'espace et de ceux et celles qui les entourent. Il ne fallait donc pas s'attendre à ce que le cinéaste se comporte comme un Michael Bay de l'ouest, c'est certain ; de là à proposer une oeuvre aussi lénifiante et interminable, il y avait pourtant de la marge.
Soldat de papier nous propose de passer pas loin de deux heures avec ces gens torturés à tort ou à raison par des idées noires. Guerman pose sur ces personnages un oeil complètement torve, les filmant avec une froideur s'apparentant à de la tiédeur, comme dans une mauvaise adaptation d'un sous-Beckett. Dans des décors dépouillés, pour ne pas dire vides, ils multiplient les allées et venues, le regard porté vers l'horizon et tenu le plus longtemps possible sans cligner de yeux... Pendant une grande partie du film, c'est un véritable cauchemar qui se crée sous nos yeux, ce qui n'était sans doute pas l'objectif du réalisateur russe.
Il y avait pourtant de quoi tirer une oeuvre puissante sur la peur de l'inconnu - un voyage spatial, ce n'est pas rien - et la tentative de la population de l'époque de dire adieu au stalinisme. Le tout ne se matérialise hélas qu'à travers des couloirs de dialogues indigestes, débités par des acteurs dont les visages expriment tous une tristesse bien forcée, comme s'il fallait être à l'unisson de ce film terne par son image et pas son ton. La déception est d'autant plus grande que la dernière bobine, de loin la meilleure, trouve enfin le contrepoint idéal entre tragique et réalisme. On ressent enfin cette montée d'adrénaline qui caractérise les instants précédents les entrées en scène ou les grands moments d'une vie. On comprend enfin la détresse de ceux qui restent à terre, finalement plus angoissés que les aventuriers chargés d'aller écrire tout là-haut l'histoire de leur pays. Mais tout cela se produit beaucoup trop tard pour éviter à Soldat de papier d'être considéré comme une purge qu'il vaut mieux se sortir rapidement de la tête.



Soldat de papier (Bumažnyj Soldat) d'Alexei German Jr. 1h53. Sortie : 15/09/2010.

Laissez le premier commentaire sur “SOLDAT DE PAPIER”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz