9 sept. 2010

L'Étrange Festival 2010 | ROBERT MITCHUM EST MORT

Robert Mitchum est mort le 1er juillet 1997, mais ça n'est pas franchement important ici. Si le premier film d'Olivier Babinet et Fred Kihn se nomme ainsi, c'est en référence à la fameuse phrase de l'acteur, placée en exergue ici : « Un jour, j'ai vu les aventures de Rintintin à la télévision, et là je me suis dis : si lui peut le faire, je peux le faire ». Les deux compères, qui se sont rencontrés sur Le Bidule - rubrique du regretté Vrai Journal de Karl Zéro -, livrent un road movie nordique dans lequel un acteur amateur et celui qui a décidé d'être son manager prennent la route jusqu'à un festival norvégien afin d'y entrer en relation avec un grand cinéaste qui leur ouvrira peut-être les portes du succès. À ce duo se greffe bientôt un troisième compère, un musicien aussi noir qu'étrange. Le tout fait régulièrement penser aux films des frères Kaurismäki - plus Mika qu'Aki, en fait -, ce qui est fort logique puisqu'on apprend en écoutant les deux réalisateurs que leur premier projet était de rallier la Finlande pour y tourner un doc sur le réalisateur d'Au loin s'en vont les nuages. A-t-il la dimension suffisante pour être réellement placé au même niveau ? Non. Car en dépit d'efforts surhumains déployés dans tous les domaines, Robert Mitchum est mort pédale encore plus dans la semoule que ses héros.
On sent chez les deux auteurs une volonté de trouver un ton décalé et inédit, de transformer leur film en un OVNI qui reste malgré tout regardable et accessible au public le plus large possible. Cela se ressent sur le rythme et la construction du film, dont la trame finalement assez classique est ponctuée de façon irrégulière et hétérogène par de petites bizarreries en tous genres. Gags nonsensiques, intermèdes oniriques et autres prouvent si besoin la soif d'inventivité du duo Kihn-Babinet ; mais de jolies intentions ne suffisent pas à créer un univers cohérent, et Robert Mitchum est mort de ressembler à un collage un peu tiède d'éléments disparates. Certains patchworks parviennent comme par magie à faire briller ensemble des éléments qui a priori n'étaient pas faits pour se côtoyer ; ce n'est malheureusement pas le cas ici.
Pas franchement décapant lorsqu'il choisit de se consacrer purement et simplement au road movie, le film n'est jamais aussi bon que lorsqu'il devient enfin immobile. Lorsque l'improbable trio atteint enfin le cercle polaire et découvre que sa mission est encore loin d'être accomplie, les aventures de ces losers attachants et marginaux prennent enfin de la saveur. L'alcool favorise les rapprochements, les rencontres étranges se multiplient, et le film trouve son ton, quelque part en effet entre les deux frangins Kaurismäki. Ces vingt dernières minutes auraient mérité bien plus d'espace, la belle mise en scène trouvant de surcroit un parfait point d'appui avec ces paysages nordiques vertigineux et déprimants. Car si Robert Mitchum est mort n'est pas aussi drôle qu'il aurait voulu l'être, c'est en revanche une belle boule de mélancolie amère, tant les existences ratées des personnages principaux nous pètent à la gueule. On en retiendra principalement la révélation Pablo Nicomedes, fruit de la collision entre Vincent Gallo et un 33 tonnes, qui a véritablement le potentiel pour devenir un grand second rôle du cinéma français, pour ne pas dire mieux.



Robert Mitchum est mort d'Olivier Babinet et Fred Kihn. 1h31. Sortie : 02/2011.

4 commentaires sur “L'Étrange Festival 2010 | ROBERT MITCHUM EST MORT”

Anonyme a dit…

très beau film
melancolique poetique tendre
un film au voyage sincere et drole...
des personnages supers et un Pablo Nicomedes incroyable! merci a l'etrange pour avoir dénicher ce film qui a redonné en moi une force à croire encore au cinéma français... le film français n'est pas mort! robert mitchum par contre lui il est ;)

Pascale a dit…

Merde, Bob est mort ?
Après Bernard, Alain, Claude...
Triste été !

FredMJG a dit…

Ah tain ! mémère est rentrée !
Bon, j'voudrions pas dire mais y a du taf en friche dans les posts de par ici

Anonyme a dit…

Belle et unique promenade...
De beaux personnages habités par d'excellents comédiens. Ceux-là ne remporteront peut-être pas d'Oscar mais ils resteront dans nos coeurs. Attachants d'amitié, de silence, de musique.

Solaires dans une photo admirable.

Merci à eux pour l'oxygène, le regard, l'horizon. L'entêtement à continuer sur la route.
Emue et riche de les avoir rencontrés.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz