11 sept. 2010

L'Étrange Festival 2010 | Compte-rendu n°4


Ça sent déjà la fin pour l'Étrange Festival, en tout cas en ce qui me concerne : après un tout petit jeudi, la soirée de vendredi fut peut-être la dernière pour moi cette année, à moins que je parvienne à me libérer in extremis pour dimanche soir. Ces possibles derniers moments furent en tout cas assez intéressants à vivre.

Éludons rapidement la soirée de jeudi, uniquement consacrée pour ma part au Survival of the dead de George A. Romero, qui livre comme prévu un impensable navet, et évoquons plus en détails ce vendredi soir placé sous le signe de l'ex Yougoslavie. C'est en effet dans cette région du monde que se déroulent les deux films du soir, à commencer par le Captifs de Yann Gozlan,  nouvelle tentative de cinéma de genre français qui assume agréablement son classicisme mais manque néanmoins de souffle et d'intensité dramatique. Lire la critique.






Mais, hélas pour Yann Gozlan et Zoé Félix (présents au Forum des Images pour nous souhaiter une bonne projection), l'évènement de la soirée et sans doute du festival n'était autre qu'un film serbe nommé... A serbian film. Depuis sa présentation dans divers festivals de films de genre il y a environ 6 mois, ce film hardcore de chez hardcore n'a cessé d'alimenter rumeurs et fantasmes. Il faut dire qu'il y est question de cinéma porno vraiment très extrême, c'est-à-dire bien au-delà de ce que même les plus tordus d'entre nous ont déjà vu... En présence du coscénariste du film, qui a répondu avec vigueur et passion aux questions posées après la projection par une salle bondée en début de film et qui, surprise, ne s'est pas vidée au fur et à mesure, ce fut une soirée remarquable. Déjà parce que le film vaut franchement le coup d'oeil à condition de ne pas être trop regardant sur la condition des femmes, des nouveaux-nés, des enfants, des macchabées et des autres. Ensuite parce que cette discussion d'après-film aura permis de saisir les motivations de l'équipe du film et de constater que la gratuité ne fait apparemment pas partie du vocabulaire des scénaristes. On termine avec la phrase du jour, imputable au coscénariste Aleksandar Radivojevic : « If Peter Pan came to Serbia, he would be severely fucked. » On veut bien le croire. Lire la critique.






Énorme suspense en cette fin d'Étrange Festival : partant pour le week-end, serai-je de retour à temps pour la soirée de clôture ? Le mystère demeure, cher lecteur : tu le sauras en guettant mon éventuel compte-rendu n°5, et même avant cela en suivant mes passionnantes aventures sur Twitter. Stay tuned.

[En attendant : retrouvez d'autres compte-rendus et critiques du festival, ici.]

Laissez le premier commentaire sur “L'Étrange Festival 2010 | Compte-rendu n°4”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz