6 sept. 2010

L'Étrange Festival 2010 | BIBLIOTHEQUE PASCAL

Elle s'appelle Mona, elle est hongroise, et elle a une petite histoire à raconter eu représentant des services sociaux qui aimerait savoir pourquoi elle a laissé sa fille à sa tante, laquelle a fait boire de l'alcool à l'enfant et a gagné de l'argent sur son dos... Bibliothèque Pascal débute par un entretien qui semblerait annoncer une heure trois quarts de souffrance misérabiliste si tout cela n'était pas aussi bien filmé. Construit comme un gigantesque flashback, le film de Szabolcs Hajdu ne fera que nous surprendre, prenant régulièrement de nouvelles directions pour nous faire savourer le parcours absolument unique de cette femme sans doute un peu maudite.
Prise en otage sur la plage par un homophobe caché sous le sable, vendue par son père à des souteneurs allemands, elle finira au fin fond de la fameuse Bibliothèque Pascal, maison close ultra moderne dans laquelle chaque prostitué - tous sexes, tous âges - incarne un héros littéraire bien connu dans une chambre aux décors et accessoires choisis pour coller au personnage. Le grand brio du film, c'est qu'il évite du début à la fin toute trace de sordide, s'attachant davantage à exploiter une veine picaresque des plus séduisantes. Sans aucun temps mort, porté par une actrice incroyable répondant au doux nom d'Orsolya Török-Illyés, Bibliotheque Pascal a la fulgurance des meilleurs road movies mais va beaucoup plus loin que de simples déplacements géographiques. Les déplacements de l'héroïne entre la Roumanie, l'Allemagne et l'Angleterre ne sont là que pour montrer la désorientation géographique et mentale qui pourrait être la sienne si elle n'avait un mental à toute épreuve. On a quasiment l'impression que les épreuves lui passent au-dessus de la tête, sans jamais bien savoir s'il s'agit là de courage ou de manque de conscience. Le scénario ne s'encombre pas d'une dimension psychologique n'intéressant vraisemblablement pas l'auteur, pour qui les personnages sont avant tout des pions déplacés sur un échiquier par des forces qui les dépassent.
Le film est d'autant plus magnifique qu'il est porté par d'époustouflantes performances techniques. Jamais paresseuse, la mise en scène est inventive et multiplie les trouvailles pour coller au mieux au refus de Hajdu de faire dans le social. La photographie à tomber - mazette, quelle lumière - met parfaitement en valeur une direction artistique tirée à quatre épingles, notamment lorsque le script fait entrer Mona dans la Bibliotheque Pascal. D'abord contrainte de jouer les Jeanne d'Arc avant de migrer vers un autre rôle plus riche en latex, elle voyage ainsi de salle en salle au gré d'un voyage qui régale les yeux tout autant que le cortex par sa faculté à gérer parfaitement la violence. Pas de hors-champ à tout prix, pas d'ellipses facile, mais un traitement d'une fluidité folle qui rend Bibliotheque Pascal parfaitement accessible pour tous les publics qui souhaiteront suivre le drôle de chemin de cette femme d'exception dont la vie fut jalonnée de rencontres aussi désastreuses pour elle que délectables pour nous. Brillant.



Bibliotheque Pascal de Szabolcs Hajdu. 1h45.

Laissez le premier commentaire sur “L'Étrange Festival 2010 | BIBLIOTHEQUE PASCAL”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz