12 sept. 2010

BENDA BILILI !

Ces merveilleux fous chantants dans leurs drôles de machines... Ils déambulent en file indienne dans Kinshasa à la recherche d'endroits où jouer ensemble et donner du bonheur à des riverains qui en ont bien besoin. Composé en partie d'invalides, le staff Benda Bilili ! se veut comme une machine à bonheur qui permet au Congo de retrouver le sourire même lorsque la situation économique et politique ne prête pas franchement à la gaudriole. Renaud Barret et Florent de la Tullaye leur consacrent un documentaire après être tombés sous le charme de leur musique et de leurs personnalités. Les deux réalisateurs ont ainsi passé un marché avec les membres du groupe : ils participent au financement d'un album studio à condition que les musiciens acceptent d'être filmés pendant une période englobant l'enregistrement du fameux disque. Un mouvement de solidarité qu'il convient de saluer mais qui est également responsable des limites du film. On peine à trouver dans Benda Bilili ! un semblant d'esprit critique, un micro-détail qui pourrait éviter au film de ressembler à un énorme et sympathique document promotionnel... Le doc ressemble davantage à un bonus de DVD qu'à un grand film de cinéma, et c'est relativement regrettable.
Inutile donc d'espérer davantage qu'un film sympathique, une gentille bouffée d'air frais dans ce monde ravagé par les vilains critiques pleins de mauvais esprit et les méchants politiciens corrompus. Montrés sans réserve comme de purs héros du quotidien, les Benda Bilili ! sont en effet de sacrés bonshommes, avec des caractères bien trempés et une détermination à toute épreuve. Il est intéressant de voir comment ceux qui auraient pu n'être que de vieux cabots obtus sont au contraire extrêmement ouverts et tout à fait disposé à recruter parmi les jeunes pousses du pays afin de donner leur chance à des ados mal partis... et de permettre au groupe de survivre après leur mort. Il faut voir la fierté qui étreint ce jeune garçon dont le seul instrument est une boîte de conserve pourvue d'un fil de fer faisant résonance. L'espoir que donnent ces vieux chanteurs à quelques jeunes gens ainsi qu'au public est sans doute ce qui se produit de plus beau à l'écran.
En se plaçant à la hauteur de ceux qu'ils filment, les deux réalisateurs ont fait le pari de la modestie, de la dignité, et c'est une bonne chose. Pas de retour en arrière sur le pourquoi des infirmités de chacun, pas d'analyse psychologique larmoyante de leur pauvre condition d'handicapés... Benda Bilili ! n'exploite même pas le terrible incendie qui ravage, en milieu de film, l'institut abritant nos artistes, leurs familles et tout un tas d'autres handicapés de Kinshasa. Cela finit presque par être un défaut : tout, des évènements joyeux aux drames les plus tristes, est filmé sur le même ton, comme s'il n'y avait pas de passion dans le regard de Barret et Tullaye alors que ce n'est évidemment pas le cas. Le duo semble miser un peu trop sur le talent scénique du staff, dont la musique semble en émerveiller plus d'un ; mais là non plus, rien ou presque ne se produit, à part dans une scène d'enregistrement studio au cours de laquelle on peut lire du doute sur les visages de ceux qui restent néanmoins des amateurs. Les amoureux de ce genre de musique apprécieront sans doute davantage l'ensemble du film ; les autres auront tout à fait le droit de le trouver un peu plat sans pour autant passer pour des coeurs de pierre.



Benda Bilili ! de Renaud Barret & Florent de la Tullaye. 1h25. Sortie : 08/09/2010.

4 commentaires sur “BENDA BILILI !”

Fanny a dit…

Je comprends ton point de vue, néanmoins, j'ai trouvé ça vraiment bien, que les réalisateurs choisissent de ne pas s'apitoyer sur le sort de leurs acteurs et du Congo. La misère est bien présente, pas la peine d'en faire des tonnes, on la voit. De même, on prend les musiciens à un temps T, et pas besoin de topo sur leur passé, leurs malheurs, leur maladie... Car, finalement, les gamins des rues, ce sont eux qui montrent le passé de chacun des musicien.

Bref, j'ai beaucoup aimé le fait de se concentrer sur le positif dans un contexte plutôt dégueulasse.

Cela dit, ta critique est aussi complètement valable, et je comprends que tu trouves qu'il manque un petit quelque chose au film.

Totoche Tannenen a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Totoche Tannenen a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Chris a dit…

Je pense plutôt que nos deux réalisateurs ont montré ce que la caméra permettaient, autour du groupe, et point barre. Dommage qu'il n'y ait pas d'esprit critique à l'intérieur, mais je ne suis pas sûr que c'était le but. Très beau et bon documentaire néanmoins !

http://cine-emotions.blog4ever.com/blog/index-321516.html

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz