20 août 2010

SEXY DANCE 3D - THE BATTLE

Jeune, si toi aussi tu aimes shaker ton booty au son des boomboxes, alors Sexy dance 3D est fait pour toi. Le film de Jon Chu - qui devrait bientôt s'atteler au biopic de Justin Bieber, star des trending topics sur Twitter - constitue en effet l'un des sommets du genre tant il pousse les possibilités de la street dance à leur climax. Inutile d'entrer dans la salle pour assister à une tragédie grecque ou prendre une leçon de scénario : le but clair, net et précis est simplement d'en mettre plein les mirettes en tirant profit au maximum de ces jeunes gens pas forcément très beaux mais qui le deviennent dès qu'ils entendent trois notes et commencent à se déhancher comme des malades mentaux de sa race.
Sexy dance 3D est  un divertissement extrêmement amusant car il exploite avec simplisme et ironie un concept usé jusqu'à la corde : le fameux tournoi, qui a tellement facilité la tache de certains scénaristes de films de sports. Il suffit d'enchaîner les différentes étapes, d'intercaler régulièrement des scènes "dramatiques", et le tour est joué. Le film n'échappe évidemment pas à la règle mais le fait avec une légèreté qui touche au second degré. Le petit héros a une tronche de ravi de la crèche, son love interest est une fille fadasse avec des tenus horribles genre "mouvement des jeunes sarkozystes chrétiens", l'autre héros se prend pour un réalisateur et se prend d'affection pour une gonzesse surmaquillée qui cache un terrible - mais alors terrible - secret... De quoi se poiler un peu entre deux énormes scènes de danse. Celles-ci sont principalement au nombre de trois, la fameuse battle du titre "français" étant le plus énorme tournoi de danse de l'histoire de l'humanité, avec des équipes venues des quatre coins du monde et un prix de 100.000 dollars à la clé... prix évidemment vital pour nos gentils héros, dont le local super beau et super grand risque d'être vendu aux enchères. Ne vous inquiétez pas, ils gagneront à la fin et l'amour triomphera.
Kamel Ouali trouvera peut-être à redire quant à la qualité de certaines chorégraphies, mais le spectateur béotien en prend en tout cas plein les yeux, transcendé par une 3D assez bien exploitée même s'il reste techniquement quelques efforts à faire concernant le rendu de certaines textures. Jon Chu exploite à merveille les matières et les atmosphères, qu'elles soient aquatiques ou poudreuses, filme large pour donner conscience du travail achevé par les équipes... Dommage que le scénario oublie un peu que dans "tournoi mondial", il y a "mondial". On aurait aimé que cette universalité se traduise autrement que par quelques drapeaux étrangers brandis par la foule lors des battles. Mais qu'importe : le plaisir est là, primaire et intact, avec également un bel hommage aux comédies musicales d'antan : le héros, Moose, y utilise soudain le mobilier urbain pour renouer avec celle qu'il a un peu trop délaissée pour la danse. Le plaisir qu'ont ces gens à danser est communicatif. Tout comme l'aspect métaphorique du film : destiné à tous les publics, et n'allant donc pas plus loin question nudité que quelques torses glabres et riches en muscles saillants - jalousie -, Sexy dance 3D aime contourner le sujet du sexe en utilisant la force de l'évocation. Ainsi, pour séduire la charmante - hum - Natalie, Luke n'hésite pas à lui faire souffler dans sa paille et à l'encourager vivement, avant de planter cette même paille dans le gobelet de la demoiselle, visiblement ravi d'être arrivé à ses fins.On a rarement fait aussi puissant.





Sexy dance 3D - The battle (Step-up 3D) de Jon Chu. 1h47. Sortie : 18/08/2010.

2 commentaires sur “SEXY DANCE 3D - THE BATTLE”

Pascale a dit…

Nan mais ho :
- shaker ton booty (ce serait pas body par hasard ? jdis ça jdis rien c'est juste pour causer)
- boomboxes,
- star des trending topics
- street dance
- climax
- love interest ...

Tu crois pas que t'en fais un peu trop ? Ou c'est moi ?

100.000 Pourquoi tu mets un point en plein milieu ?

Sois pas jaloux, t'as pas de pecs mais t'as plein de poils sur les bras !

Rob Gordon a dit…

C'est fait exprès. Au début je voulais faire toute une critique en angliche, puis je me suis ravisé au bout de quelques lignes. Mais t'inquiète, je ne le referai plus.
100.000 c'est mon côté prof de maths, je fais ça pour que mes petits 6èmes distinguent les unités et les milliers...

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz