16 août 2010

THE KARATE KID

Voilà déjà un quart de siècle que Ralph Macchio a suivi les enseignements de Pat Morita afin de devenir un pro du karaté et de mettre leur misère à tous ses adversaires asiatiques. Hollywood semblant avoir du mal avec les films antérieurs aux années 90, il fallait bien que Karate kid ait droit à un remake. Avec deux différences de taille : la première, c'est que le film est censé se dérouler en Chine, que le héros et sa môman choisissent comme terre d'asile après leur départ des États-Unis ; la seconde, c'est que le héros en question est un gamin de 12 ans, et non plus un jeune adulte comme dans le film de John G. Avildsen. Désir d'authenticité et d'ouverture aux spectateurs les plus juvéniles : voilà ce qui caractérise le film de Harald Zwart, très loin d'être passionnant mais qui a sans doute de quoi plaire à son public, à savoir des 8-12 ans fans de street culture ou d'arts martiaux.
Étonnamment, The karate kid est relativement pauvre en scène de tatanne, l'inévitable tournoi auquel participe le petit Dre - hommage au docteur ? - ne débutant qu'à 25 minutes du générique de fin. Plus étonnamment encore, cela n'est pas si grave. Car le film, qui dispense cependant quelques séquences de baston et d'entraînement afin de ne pas trop ennuyer son monde, se veut avant tout comme le roman d'apprentissage d'un gamin totalement perdu dans une culture qui n'est pas la sienne. Résultat : il y a là-dedans un petit côté La Chine pour les (jeunes) nuls qui est franchement loin d'être déplaisant, le scénario ayant le bon goût de ne verser ni dans l'angélisme ni dans l'excès de clichés. La langue, la cuisine, les traditions : chaque domaine fondamental est passé au crible et donne lieu à des scènes gentiment amusantes et assez instructives pour qui n'a jamais entendu parler de l'Empire du Milieu.
On évite globalement la niaiserie inhérente au genre, notamment parce que le petit héros est un amerloque un peu trop sûr de lui, qui ne perd jamais son arrogance même après avoir essuyé des désillusions ou reçu de bonnes leçons de la part de son maître. Le côté un peu tête-à-claques de Jaden "je suis le fils de mon père et j'en suis un peu trop conscient" Smith sied à merveille au personnage et rend le film paradoxalement moins agaçant que ce qu'il aurait pu être. Face à lui, Jackie Chan joue la carte du profil bas dans le rôle du coach et c'est assez salvateur. Le tout est idéal pour permettre à une famille pas trop exigeante de passer un bon moment en commun, à condition cependant d'avoir des enfants capables de passer près de deux heures vingt sur leur fauteuil sans bouger... C'est en effet le gros reproche qu'il convient de faire à Harald Zwart : ne pas avoir su resserrer le montage ou se passer de certaines séquences, ce qui aurait sans doute rendu l'ensemble plus digeste et donc plus adapté à des mioches forcément un peu turbulents lorsqu'ils commencent à trouver le temps long.



The karate kid de Harald Zwart. 2h19. Sortie : 18/08/2010.

3 commentaires sur “THE KARATE KID”

Pascale a dit…

'tain, c'est beau, ça sent la peinture fraîche, c'est sobre...
bon,
c'est toujours orange,
mais je sais ce qu'est une obsession monomaniaque t'inquiètes !!!


Bon, t'es sûr que la tronche de cake qu'on a envie de tataner rien qu'à le voir apparaître de Jaden (et sa soeur paie rien pour attendre, il en restera pour elle...) est supportable. Quel gosse INSUPPORTABLE. Merde, l'euthanasie c'est pas que pour les klebs.. et on a encore combien de décennie à attendre avant qu'il s'aperçoive que se la péter autant ça sert rien juste qu'à énerver les gens ?

Rob Gordon a dit…

C'est vrai ? T'aimes bien ? Le orange mis à part, bien entendu...

Bah oui, le Jaden colle au rôle vu que le personnage est aussi grrrrrr que lui.

Pascale a dit…

Ben oui j'aime bien.
S'il te restait des pots de peinture orange, je peux pas t'en vouloir.
Moi j'aurais aussi changé la phrase parce que pisse froid, c'est pas joli. Mais t'es chez toi finalement !

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz