12 août 2010

DONNE-MOI TA MAIN

« Hé les mecs ! J'ai une super idée de comédie romantique. Alors voilà : c'est l'histoire d'une frangine à qui tout réussit. Elle a de l'oseille, elle est plutôt bien roulée, elle a un jules au moins aussi friqué et pas dégueulasse à regarder non plus. Ça serait genre le couple idéal, mais en apparence seulement. Parce que, les mecs, figurez-vous que le type a peut-être des oursins dans le porte-monnaie ou juste un coeur de pierre, mais il tarde à lui passer la corde au cou. La gonzesse flippe à mort, attend un peu, attend beaucoup... et puis un jour d'éloignement, elle décide de prendre le premier avion pour le rejoindre et le demander elle-même en mariage. Et là, patatras, v'là t'y pas qu'il y a un problème à l'aéroport et qu'elle se retrouve dans une position pas franchement confortable.
Là, écoutez bien les mecs, idée de génie, c'est pas donné à tout le monde d'être scénariste : la bourgeoise échoue dans un bled bourré de rustres, dont un vachement plus rustre encore. Mais méga trop beau aussi. Sauf qu'elle ne s'en rend pas compte tout de suite. La sensation du film, c'est qu'au début ils se détestent. Il est un peu malpoli, genre il ne prend pas soin de la valise Vuitton qu'elle trimbale avec elle, et elle est complètement coinços, comme si elle n'avait jamais vu de prolos de sa vie. Mais là, magie de la psychologie amoureuse, ils vont se mettre à s'aimer en un peu plus d'une heure, emballé c'est pesé. D'un coup elle va se lâcher à mort après avoir réalisé qu'il fallait vivre sa vie au lieu d'attendre qu'elle passe ; et lui, bah il a tellement d'histoires passionnantes à raconter et de points de vue philosophiques sur la vie que personne ne peut lui résister. Au début, leur couple paraît improbable ; à la fin, il l'est toujours autant, sauf que les spectateurs croient qu'ils sont faits l'un pour l'autre. Sont vraiment crétins, ceux-là.
Je crois que je me suis surpassé sur ce script : je n'attends pas la fin pour expliquer qu'ils s'aiment, ça serait trop facile. Non, je leur laisse un quart d'heure pour tomber dans la déprime la plus totale en croyant que finalement ils ne sont pas faits pour finir ensemble. Un quiproquo, ça s'appelle. Je me rappelle, j'en avais vu un dans une pièce de théâtre avec Jean Lefebvre. Un truc avec un mari qui prenait l'amant de sa femme pour le plombier. Vachement marrant, alors j'avais retenu le truc. Un quiproquo, donc. La belle et le clochard ne sont pas jouasses, mais à la dernière seconde je te sauve tout ça in extremis et tout le monde est content. Le mec dans la salle n'a plus qu'à faire chauffer la carte bleue pour emmener bobonne au resto et hop, ensuite il peut la secouer toute la nuit si il veut. La puissance romantique de mon film va toutes les faire tomber comme des mouches.
»
Alors oui, c'est vrai, parfois, il arrive que ce genre de schéma soit la base d'une bonne comédie romantique, souvent parce que la structure scénaristique classique est ornementée d'une poignée de rebondissements moins attendus. Ou parce que les acteurs sont drôles et attachants. Ou les dialogues brillants. Ou les seconds rôles mémorables. Voire même tout ça à la fois. Concernant Donne-moi ta main, absolument rien ne peut sauver le film d'un académisme mortellement ennuyeux, et surtout pas la bouche en coeur de l'insupportable Amy Adams. Fuyez, s'il vous plaît.




Donne-moi ta main (Leap year) d'Anand Tucker. 1h35. Sortie : 11/08/2010.

6 commentaires sur “DONNE-MOI TA MAIN”

Pascale a dit…

Et le mochtron sur l'affiche c'est le prolo ou l'homme aux oursins ?

Oui ben moi j'ai vu l'Apprenti Sorcier : pas mieux !

Devraient faire tourner Ray Baruchel ou Jay Bachurel fin l'autre mochtron avec l'Adams !

Rob Gordon a dit…

Je te laisse regarder ce qui est écrit sur l'affiche, tu comprendras mieux...

Pascale a dit…

Merci feignasse, heureusement que j'ai mes doubles foyers.
Donc, c'est le prolo. J'aurais dû m'en douter avec son pauvre pull gris !
Nous avons connu un aristo qui portait des pulls fluo n'est-il pas ?

C. a dit…

Oui, ils ont comme qui dirait "oublier" d'écrire le scénario :)

dasola a dit…

Bonjour Rob, je te trouve TRES dur pour ce film qui ne mérite pas cette exécution en règle. Amy Adams est charmante et pas du tout insupportable quant à Matthew Goode, il est mignon tout plein. De toute façon, rien ne sert de "descendre" ce film, il n'est sorti que dans 3 salles à Paris. Bonne soirée.

Aterraki a dit…

J'adore cette critique, ce film est absolument confondant de clichés ... Mais la critique est vachement plus réussite, mention spéciale aux poivrot typique des pubs irlandais :)

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz