31 juil. 2010

PLAN B

On ne devrait jamais sous-estimer le pédé qui se cache en chacun de nous. Voilà le principal enseignement de ce très prenant Plan B, qui devrait être montré de force à ces nombreux mâles persuadés d'être 100% hétéros et affichant des moues dégoûtées dès que l'on ose évoquer leur part même infime d'homosexualité. Extrêmement tordu sur le principe, le film de l'Argentin Marco Berger parvient pourtant à rendre ses situations crédibles et se montrer profond sans jamais se déparer d'une certaine bonne humeur. Pour Bruno, sympathique héros chevelu, il s'agit avant tout de jouer un tour au nouveau mec de son ex en tentant de le séduire pour récupérer celle qu'il regrette d'avoir largué. Un plan complètement tarabiscoté mais préparé à pas feutrés par le réalisateur, qui filme ses héros sans ambages et crée une impression immédiate de proximité.
Puis arrive peu à peu ce qui donne tout son sens au film : en mettant en oeuvre son stratagème, Bruno finit par se demander s'il n'aurait pas un tout petit faible pour ce Pablo a priori aussi hétéro que lui. Gros comme une maison ? Oui, et pourtant ça passe. Car sur le ton d'un film de potes - on pense parfois au très coolos Humpday, et pas seulement parce que les sujets des deux films se chevauchent -, Marco Berger greffe progressivement de petits éléments moins rigolards, plus sérieux, qui créent le malaise et font surgir plus d'une interrogation chez les deux hommes. Voilà un film capable de faire fondre comme neige au soleil les certitudes de plus d'un spectateur hétéro n'ayant jamais imaginé pouvoir tomber amoureux d'une personne du même sexe. Car avec leurs t-shirts de foot et leurs cheveux en bataille, Bruno et Pablo sont de parfaits average Joes auxquels il est facile de s'identifier.
Et le sexe dans tout ça ? On pourra reprocher à Berger de refuser la frontalité dans le traitement de l'attirance sexuelle et la difficulté de passer à l'acte. On s'arrêtera sur l'image de deux types refusant d'admettre qu'ils ont peut-être pris un peu de plaisir en s'embrassant, ou de ces deux mêmes mecs ayant bien du mal à poursuivre l'effeuillage mutuel au-delà du simple t-shirt. En cadrant ses personnages de très près, en refusant toute complication visuelle pour privilégier la simplicité, Berger crée une certaine intimité qui se révèle d'autant plus forte que la plupart des dialogues s'effectuent dans de très petits espaces. Un lit, un canapé, une cuisine minuscule : Plan B favorise le rapprochement des corps et forcément celui des coeurs. Et malgré quelques longueurs, sa curieuse alchimie fonctionne de part en part.




Plan B de Marco Berger. 1h43. Sortie : 28/07/2010.

2 commentaires sur “PLAN B”

Pascale a dit…

Tapette va !

FredMJG a dit…

Ouais, moi aussi lorsque j'y songe je me sens en plein accord avec la partie de moi-même qui préfère les garçons...

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz