17 mai 2010

VOUS ALLEZ RENCONTRER UN BEL ET SOMBRE INCONNU

Quand il a commencé à prendre ses quartiers à Cannes en étant l'invité quasi systématique des projections hors compétition, Woody Allen est redevenu l'idole des foules et des cinéphiles en semblant vivre une seconde jeunesse, dynamitant ses bonnes vieilles habitudes pour livrer des oeuvres plus neuves et innovantes, en tout cas à son échelle de cinéaste brillant mais routinier. Le voici qui retombe dans ses travers les plus gênants en proposant cette oeuvre extrêmement ordinaire, l'une des plus oubliables de sa carrière, jamais à la hauteur de la belle formule de son titre - on craint le pire pour la future version française. À la vision du dernier Woody, il est même assez difficile d'extraire des thématiques ou des intentions, tant You will meet a tall dark stranger apparaît comme un film fainéant et sans allant, vague entrelas d'histoires d'adultères et de trahisons.
Le pire est qu'Allen semble réaliser, voire assumer la côté totalement anodin de son film. Une voix off impersonnelle ouvre le film et cite Macbeth : « C'est un récit plein de bruit, de fureur (...) et qui n'a pas de sens », ce qui lui semble suffire à justifier l'absence de réel fil conducteur, de réflexion ou d'esprit critique de son semblant d'intrigue. Dans cette chronique familiale, une femme a un coup de coeur pour son patron, son mari tombe sous le charme de la voisine de l'immeuble d'en face, et son père quitte sa mère pour s'installer avec une jeunette un peu pute sur les bords - et pas que sur les bords. Le tout n'ira jamais vraiment plus loin : la pétasse en question ressemble à un ersatz du personnage joué par Mira Sorvino dans Maudite Aphrodite, et le reste à un vague bout-à-bout des restants de brouillons de scénars jamais utilisés par le réalisateur.
Si sa science des dialogues est toujours aussi précise, Woody Allen peine cependant à l'exploiter ici, tant les situations semblent communes. Ce manque criant d'inventivité se révèle extrêmement plombant, notamment lorsque certains scènes dérivent vers une sorte d'humour façon théâtre de boulevard n'allant jamais plus loin. Voulant paraître jeune et satisfaire sa nouvelle compagne, le personnage joué par Anthony Hopkins avale du Viagra et se retrouve pris au piège d'une érection qui ne le mènera jamais vraiment plus loin. Le film se traîne ainsi, n'exploitant jamais des situations potentiellement drolatiques - et encore - et ne séduisant que par rares intermittences, notamment par la grâce d'une Naomi Watts pile dans le ton et d'un Josh Brolin élégamment renfrogné. Les autres ne vont pas au-delà du sympathique. Allen aurait au moins pu tirer meilleur profit de l'histoire de la mère de Naomi Watts qui consulte une prétendue voyante dont les affabulations manipulatrices finiront part influer réellement sur le cours de la vie de tout le cercle familial. On lui souhaite de revenir l'an prochain, à Cannes ou ailleurs, avec un film "français" plus imaginatif et moins conventionnel que cette toute petite chose sans conséquence.




Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu (You will meet a tall dark stranger) de Woody Allen. 1h38. Sortie : 06/10/2010. Festival de Cannes 2010 (sélection officielle hors compétition).

2 commentaires sur “VOUS ALLEZ RENCONTRER UN BEL ET SOMBRE INCONNU”

Benjamin F a dit…

J'avais adoré Whatever Works (facile avec Larry David^^), et ce titre "You will meet a tall dark stranger" me laissait espérer quelque chose d'ambitieux. Tant pis.

Dom a dit…

J'étais assez enthousiaste vu le casting : Hopkins, Watts, Brolin... Mais vu les avis qui vont tous dans le même sens, je suis obligé de me faire une raison et d'abandonner toute envie pour ce film.
Woody Allen fait trop de films et trop vite, pourquoi ne laisse t-il pas macérer ses scénarios ?

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz