18 mai 2010

SANDCASTLE

Sa vie est un château de sable qui prend l'eau peu à peu, rendu insalubre par une marée montant lentement. Xiang En est à peine majeur, mate un peu sa jolie voisine, mais opère surtout un délicat retour sur sa vie et celle des siens. À commencer par un père qu'il a mal connu et qui s'avère être l'un des étudiants leaders des mouvements communistes pour l'indépendance de Singapour dans les années 60. De quoi remettre en question toute une identité familiale et rééchelonner les valeurs du cercle intergénérationnel. Sandcastle est un premier film assez doux, d'une discrétion absolue, sur la remontée d'un secret dans la sphère intime et l'irruption du politique dans le sentimental. Car après tout, plus d'un jeune homme serait resté de marbre face à la découverte des convictions de son géniteur ; pas Xiang En, pour qui la nouvelle est absolument fondamentale, lui offrant une relecture bien différente de sa jeunesse perdue.
Le film est à l'image de son metteur en scène extrêmement jeune (27 ans). Il brille d'abord par l'innocence et la rêverie avec lesquelles il observe ses personnages, les enveloppant d'un amour sincère et pour le moins tendre. La façon dont Boo Junfeng campe ainsi les grands-parents de Xiang En est d'une absolue beauté : il magnifie leur vieillesse tout en refusant d'occulter les ravages causés par les années qui passent. Il filme leurs objets quotidiens comme s'ils n'étaient déjà plus de ce monde, et ne change pas son style d'un iota quand effectivement l'un d'eux passera de vie à trépas. Cette douceur du style est habilement contrebalancée par les tourments intérieurs du jeune héros, pris par son désir plus que naissant et d'autres problèmes existentiels.
Le problème, c'est que la jeunesse du cinéaste transparaît également dans le montage des scènes les plus frappantes de son film, qui s'achèvent souvent beaucoup trop tôt alors qu'un peu de durée en aurait accru l'intensité et la tension. Mais Sandcastle achève d'étendre sa jolie emprise en résonnant également comme un portrait ému et fissuré de Singapour, île en recherche permanente d'identité et d'affirmation, à l'image de son héros tourmenté, beau et fragile à la fois. Nul doute qu'en gagnant en vigueur et en confiance, Boo Junfeng a de quoi démarrer une carrière à la fois engagée et bouleversante, ces prémices-là étant extrêmement prometteuses.




Sandcastle de Boo Junfeng. 1h55. Sortie : non fixée. Semaine de la Critique 2010.

Laissez le premier commentaire sur “SANDCASTLE”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz