17 avr. 2010

GARDIENS DE L'ORDRE

Nicolas Boukhrief se traine et se trainera longtemps un fardeau absolument terrible : il est le réalisateur du Convoyeur, qui semblait marquer la résurrection, véritable et stupéfiante, du polar français. Étant visiblement incapable de reproduire ce petit miracle et souhaitant de toute façon explorer d'autres facettes au polar au lieu de tenter artificiellement de donner des petits frères à ce film, voilà le metteur en scène dans une situation bien gênante : tout au long de sa carrière, on ne cessera de dire de ses films, aussi intéressants soient-ils, qu'ils sont moins bons que Le convoyeur. Ce qui était vrai pour Cortex l'est à nouveau pour ce Gardiens de l'ordre pas déshonorant mais très vite oubliable.
Il y a toujours chez Boukhrief un véritable travail de mise en scène et une application incontestable dans la mise en place d'une ambiance toujours différente. Opérant ici dans la durée, il ne multiplie pas les plans séquences mais choisit néanmoins de prolonger ses scènes et ses plans afin de rendre plus palpable la confusion et la désorientation des deux personnages principaux. Cela colle bien avec ce scénario peu crédible et pas passionnant, mais dont la meilleure idée est de débarrasser assez rapidement les héros de leur costume de flics. Se faisant passer pour un couple de dealers sans même en informer des supérieurs hostiles, les voilà bientôt dans des rôles nouveaux pour eux, qu'ils sont contraints d'endosser quasiment 24 heures sur 24, les plongeant dans l'inconnue de façon extrêmement inquiétante. L'image est sombre, parfois charbonneuse, comme si le jour ne se levait plus jamais et que le monde de la nuit s'était définitivement imposé.
Il faut se détacher de l'intrigue pour apprécier un tant soit peu le film, tant le fil narratif semble élimé. On ne croit jamais vraiment à cette histoire de couverture, d'autant que Fred Testot semble particulièrement mal à l'aise dans un rôle encore trop sérieux pour lui. Ce contre-emploi peu judicieux nuit réellement à la crédibilité de Gardiens de l'ordre car il semble évident à chaque plan que ce type - l'acteur Testot comme le flic infiltré - est conscient de ne pas être à sa place. Toute la bonne volonté du monde ne suffit pas à sauver sa prestation, tandis que Cécile de France irradie une fois encore l'écran dans ce rôle de femme forte. En vampire mondain si shooté qu'il semble prêt à tout, Julien Boisselier est aussi flippant que possible, arrivant à jouer l'excès avec une mesure impressionnante. Tout ce petit monde n'arrivera jamais à nous intéresser à ces histoires de drogue phosphorescente, de trafic d'influence, de pognon et de manipulations. La conclusion, assez aberrante, n'aide pas Boukhrief à sortir grandi de ce projet semblant presque trop modeste pour un cinéaste de sa trempe. Pour résumer, Gardiens de l'ordre, c'est moins bien que Le convoyeur.




Gardiens de l'ordre de Nicolas Boukhrief. 1h45. Sortie : 07/04/2010.

2 commentaires sur “GARDIENS DE L'ORDRE”

Pascale a dit…

J'ai pensé exactement le contraire.
L'histoire, invraisemblable, n'en est pas pour autant inintéressante, loin de là.
Outre le scénario et la mise en scène bien au dessus de la moyenne, la direction d'acteurs et Fred Testot avec sa fragilité et sa fraîcheur est vraiment impressionnant dans plusieurs scènes.
Cécile comme d'hab'
et Juju : étonnant.
Bref t'as tout faux mais tu as toujours raison. Mouarf.
Et je me demande bien qui est ce "on" de ton premier paragraphe tout à fait spectaculaire :-)))

Benjamin F a dit…

Un bon réalisateur qui ne s'attaque malheureusement pas assez souvent aux bons projets...

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz