27 mars 2010

LE GUERRIER SILENCIEUX - VALHALLA RISING

Nicolas Winding Refn. Quel beau nom, qui sent le Danemark, l'art brut et le gravier. On a beaucoup cru en ce cinéaste qui nous livra en son temps une audacieuse trilogie Pusher mais fut également responsable de l'abscons Inside job et de la baudruche Bronson. Le guerrier silencieux aurait pu constituer un nouveau rebond pour le réalisateur alors que ce n'est au final que la preuve édifiante de l'arnaque Winding Refn. Son dernier film se réclame de Tarkovski, Malick ou Herzog, souhaitant mêler déchaînement de violence et contemplation déchirante. Il faut environ 2 minutes pour réaliser que cette fois, même le bénéfice du doute ne suffira pas. L'exploit de NWR est de parvenir, en une heure et demie de film, à ne livrer absolument aucun plan admirable - alors que le décor s'y prêtait - et à ne rendre palpable que l'incommensurable ennui qui ne manque pas d'envahir le pauvre spectateur, écrasé par le mépris d'un type qui se prend tellement pour un ââârtiste que chacune de ses oeuvres sombre dans la pose.
Lourdement chapitré, Valhalla rising montre un type vachement baraqué, complètement muet mais à moitié aveugle - oui, borgne - qui se bat contre ses geôliers avec rudesse et sans pitié. Une violence froide, éprouvante, déshumanisée... sur le papier. Car à l'écran, seules les intentions sont visibles. Le film ressemble - avec certes un meilleur rendu visuel - à ce qu'auraient pu faire une bande d'étudiants désoeuvrés lors d'un week-end passé en forêt avec des futs de bière, un barbecue, du ketchup et une caméra, enchaînant les scènes d'action faussement impressionnantes et les enrobant d'un voile mystique complètement factice mais pouvant éventuellement faire tomber comme des mouches quelques gonzesses impressionnables. Entre deux séances d'écrasement facial ou de dépeçage express, Winding Refn tente également de nous montrer qu'il est un auteur. D'où ce chapitrage empesé et ces réflexions vides de sens sur la vie, le mort, la croyance, où allons-nous et dans quel état j'erre.
Le guerrier silencieux est un film embrumé, que ses instigateurs auraient aimé faire passer pour un trip démoniaque, halluciné et hallucinogène, quelque part entre les rites chamaniques et Antonioni, ou entre Predator et Timothy Leary. Ce n'est au final qu'un interminable bad trip dans lequel les hommes mettent des plombes à prononcer des répliques sentencieuses et/ou complètement toc, avant de s'enfermer de nouveau dans un silence qui devrait être édifiant. Mais le silence après du Winding Refn est encore du Winding Refn, et sent donc la prétention, la putasserie, l'usurpation, le racolage. Mais sans doute pas le cinéma. Et quand ce monolithe mal incarné par un Mads Mikkelsen même pas magnétique daigne enfin poser le genou à terre et nous laisser retourner à l'air libre, c'est une véritable délivrance. Quelle épreuve, mes aïeux. Quelle épreuve.




Le guerrier silencieux - Valhalla rising de Nicolas Winding Refn. 1h30. Sortie : 10/03/2010.

6 commentaires sur “LE GUERRIER SILENCIEUX - VALHALLA RISING”

mg a dit…

Merci. Au moins je ne suis pas le seul à penser que ce film n'est pas la révélation d'un cinéaste mais la confirmation d'un réalisateur un poil prétentieux qui prétend nous imposer ses choix artistiques...

Anudar a dit…

Bon bah tout compte fait je n'irai pas le voir... Les avis glanés ici ou là sont bien trop désastreux pour que je veuille me lancer !

Foxart a dit…

200% d'accrod, j'avais lu cette critique mais j'ai fait le choix de ne pas la prendre au sérieux et d'accorder le crédit à ceux qui l'avaient adoré... Étant très fan de la trilogie Pusher.

Grand mal m'en a pris, il y avait longtemps que je ne m'étais pas bouffé une telle merde !

J'aurais du t'écouter...

Ma critique ici:

http://foxart4.blogspot.com/2010/05/la-grenouille-et-le-boeuf.html

ce film est une abomination cinéaste si je mais le realisateur vois ce message et bah QUIL AILLE CE FAIRE ENCULE PAR ANNE PCK JAI PERDU 1H30 DE MA VIE AVEC CE FILM DE FRILS DEPUTE DE MERDE JAI JAMAIS VU SA PUTIN EN VERITER VA TE CHERTER ENCULE DE REALISATEUR TON FILM CEST DE LA COUILLE

tristametal a dit…

Pour vraiment comprendre ce qui sa passe dans ce film j'ai due le regarder 2 fois et lorsque je l'ai une 3 em fois ( j'ai réussi à le faire ) j'ai enfin compris le message que le réalisateur à voulut faire passer et maintenant je trouve que ce film est facile à regarder

Anonyme a dit…

Il y a un bon nombre de prix nobel sur ce blog...

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz