10 mars 2010

EASTERN PLAYS

Le personnage principal d'Eastern plays se nomme Sofia, ville lumière dont Kamen Kalev filme le réveil et l'endormissement comme s'il s'agissait de la plus belle femme du monde, procurant au spectateur le même frisson d'ivresse. Le Bulgare met environ 5 plans et 30 secondes à nous mettre dans sa poche, créant une émotion sidérante à partir d'une poignée de bâtiments plus ou moins délabrés et de paysages abimés mais dignes. La ville est l'éblouissant théâtre des errances d'Itso, jeune artiste un peu toxico sur les bords, qui travaille le bois comme personne mais peine à trouver quelle direction donner à sa vie et comment renouer avec sa famille. Kalev dresse une stupéfiante chronique d'une jeunesse bulgare embrumée, qui peine à se déterminer socialement et politiquement.
Mais, loin des habituels états des lieux alarmistes sur nos-jeunes-comme-ils-vont-mal, le cinéaste parvient à créer un film absolument éclairant, et ce à plus d'un titre. Il y a d'abord cette façon assez virtuose de profiter de chaque rayon de soleil pour composer une série de plans uniques et perçants, symboles de la mentalité de cet Itso qui semble toujours s'être réveillé deux minutes plus tôt et vit donc dans une aurore permanente. Et il y a aussi cette envie de faire rebondir les personnages, qu'ils soient coupables ou victimes des pires atrocités. Ainsi, le personnage du jeune frère d'Itso, membre depuis peu d'un groupe néo-nazi, participe sous les yeux de son frère à une agression contre une famille turque. La force du réalisateur est de condamner fermement cet acte tout en offrant une vraie chance de pardon au personnage. Mais sans lui proposer pour autant une rédemption pré-mâchée.
Si les personnages d'Eastern plays sont uniformément séduisants, c'est en fait parce qu'il n'en sont pas. Ces êtres-là évoluent dans un tel esprit de liberté qu'ils ne peuvent décemment pas avoir été créés pour une fiction. Et pourtant le film n'a aucune vertu documentaire : c'est simplement l'oeuvre la plus naturaliste qu'il ait été donné de voir depuis des lustres. Si bien que quand Itso se rend chez son psy et qu'il se livre à lui sans retenue, on assiste à une confession qui bouleverse non seulement parce qu'elle manie brillamment une certaine poésie du réel, mais aussi - et peut-être surtout - parce que Kalev nous plonge dans un degré d'intimité rarement atteint. Le fait que l'incroyable interprète d'Itso, le nommé Christo Christov, soit décédé avant même la fin du tournage, ne fait que renforcer le bouleversement total qui est le nôtre. Très grand film.




Eastern plays de Kamen Kalev. 1h23. Sortie : 10/03/2010.
Critique publiée sur Écran Large.

3 commentaires sur “EASTERN PLAYS”

Mister Loup a dit…

Merci pour cette critique!
Ca a l'air d'être un petit bijou d'émotion!

Voisin Blogueur a dit…

Ahhhhh oui!!!!! je jouis ! je suis enfin de nouveau 100% d'accord avec Rob Gordon :p

C'était un de mes coups de coeur de Cannes 2009, j'avais assisté à la rencontre public/ réalisateur dans la tente et le gaillard était hyper sympa !

J'espère qu'il va pouvoir faire d'autres films, il a un vrai regard de cinéaste.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz