16 mars 2010

BLANC COMME NEIGE

Ça commence presque bien, par un mélange de sang, de neige et d'une voix off philosophe émanant d'un François Cluzet toujours aussi étonnant. Si son corps gît dans le blanc finlandais, l'esprit du personnage principal est encore suffisamment élevé pour revenir quelques temps en arrière et nous conter son histoire. Tout l'enjeu du film est alors posé, ce que confirme le titre : montrer comment, en l'espace de quelques jours, la vie d'un homme bien sous tous rapports peut tourner au chaos total. Cela fonctionne un moment, le temps d'une mise en place résolument classique mais menée de façon plutôt efficace par un Christophe Blanc qui a visiblement révisé ses classiques niveau mise en scène. Le tandem de garagistes composé par Cluzet et un excellent Bouli Lanners sent le soufre et brille par le contraste qu'il établit entre un héros intègre et un collaborateur dont il refuse de voir le côté obscur.
Problème : dès lors qu'il sort de cette phase d'exposition, le film se met à tourner à vide pour ressembler à une gigantesque résolution qui oublie de laisser respirer ses protagonistes. Très vite, ceux-ci piétinent et multiplient les réactions incompréhensibles, voire aberrantes, sans que le film n'assume jamais de façon tacite son envie de décrire la perte de repères et de logique de gens ordinaires pris dans une soudaine tourmente. Le film noir tolère les incohérences de ses personnages et peut même en tirer profit à condition que cela fasse partie d'un contrat passé clairement avec le spectateur. Ici, point d'accord de ce genre, mais juste un million de petits défauts d'écriture et de manquements aux règles du genre. Si bien qu'on se désintéresse très vite du devenir de ces gens aux comportements si inexplicables qu'il est impossible s'identifier à eux.
Traînant terriblement en longueur, Blanc comme neige va toujours plus loin dans l'artificiel, sa partie enneigée arrivant comme un cheveu sur la soupe. Toujours au gré d'une progression dramatique douteuse, le film finit par s'aventurer jusqu'en Finlande, terre d'origine de méchants patibulaires mais guère impressionnants. Cette dernière partie semble avoir pour seule justification le désir de Christophe Blanc d'aller filmer la neige, la difficulté de s'y mouvoir, sa façon d'absorber et de transcender le rouge sang. L'intention est louable ; encore aurait-il fallu apporter un zeste de singularité afin de se démarquer, esthétiquement ou autre, du restant du troupeau. C'est malheureusement bien loin d'être le cas, d'autant que la conclusion est aussi prévisible que téléphonée. Après s'être pris pour Cassevetes dans Une femme d'extérieur, Blanc se rêvait sans doute que son deuxième long en fasse un maître du polar. L'ambition est là mais le résultat n'y est pas.




Blanc comme neige de Christophe Blanc. 1h54. Sortie : 17/03/2010.
Critique publiée sur Écran Large.

Laissez le premier commentaire sur “BLANC COMME NEIGE”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz