9 févr. 2010

PROTÉGER ET SERVIR

On regrette parfois ce qu'on a écrit quelques mois auparavant : ainsi, en ces lieux, on pouvait lire en avril dernier que grâce à Éric Lavaine, on savait désormais « que certains français peuvent être aussi doués que leurs homologues britanniques ou américains lorsqu'il s'agit de faire dans la gaudriole de qualité ». Voilà ce qui arrive lorsqu'on tresse trop de lauriers trop rapidement au moindre petit réalisateur français ayant réussi à nous faire marrer pendant une heure et demie : la fois d'après, il nous déçoit complètement. Pourtant, bien qu'il s'agisse d'un incontestable ratage, Protéger et servir a de quoi susciter une certaine indulgence et donne envie de continuer à suivre Lavaine pendant encore une poignée de films. C'est un film dont la connerie et l'humour très caca-prout sont tellement assumés qu'on aurait presque envie de fermer les yeux et de pardonner. Lavaine a voulu tenter un mix entre Inspecteur La Bavure et les buddy movies les plus stupides de l'histoire afin de parasiter son statut de nouveau Francis Veber en puissance. Un pari gonflé. Un échec cuisant. La prise de risques était mal calculée.
Le gros souci de Protéger & servir, c'est qu'il hésite perpétuellement entre beauferie à la française et idiotie ricaine façon Harold & Kumar, Dumb & dumber et autres. Les deux n'ont ni le même rythme, ni les mêmes délires, ni le même genre d'interprètes. Clovis Cornillac n'est clairement pas à sa place dans ce genre de délire - il était déjà le plus mauvais dans Brice de Nice, c'est dire -, et Kad Merad livre une prestation bâtarde entre son passé de Richard Bullit et ses récents seconds rôles vieille France - remember Faubourg 36. Bref, personne ne sait réellement ce qu'il fait, d'où un film salement approximatif qui se traîne dans une lourdeur crasse parfois exaspérante. Il manque la petite étincelle de génie qui aurait fait de certains gags de vraies sources de rigolade, ou ce goût de la surenchère qui aurait permis au comique de répétition d'enfin s'épanouir. Après quinze gags d'intensité égale sur l'haleine fétide du personnage de Carole Bouquet, on a légèrement envie de tuer.
Mais Protéger & servir n'est pas pour autant le pire film de l'histoire du monde. Il y a çà et là une poignée d'idées certes mal exploitées mais qui peuvent éventuellement prêter à sourire. Elles deviennent même extrêmement drôles pour le spectateur capable d'abstraction qui s'éloignera peu à peu du film projeté pour imaginer ce qu'il aurait pu en être avec des frères Farrelly ou un Danny Lerner derrière la caméra, et un tandem Will Ferrell - John C. Reilly devant. Et puis un film aussi intolérant ne peut pas être totalement mauvais : les vietnamiens, les nains, les grosses... tout le monde ou presque en prend pour son grade, sauf peut-être les gays, que Lavaine avait considérablement arrosés à ses débuts avec Poltergay. Voir le réalisateur déployer autant d'énergie pour être méchant avec tout le monde et pour composer des plans dynamiques et pas trop laids fait espérer qu'il puisse relever la tête assez rapidement et faire oublier au plus vite cette petite idiotie sans conséquence.




Protéger et servir d'Éric Lavaine. 1h30. Sortie : 03/02/2010.

4 commentaires sur “PROTÉGER ET SERVIR”

Benjamin F a dit…

Et bien c'est presque moins pire que ce que ça en avait l'air :)

Rob Gordon a dit…

Et c'est bien là ma déception.
Autre déception du moment : ne pas avoir été assez prompt et avoir raté Le baltringue. Moi qui voulais mener une étude comparée...

Anonyme a dit…

Personnellement j'ai vu Protéger et servir en streaming légalement mais vu la pauvreté du scénario et des dialogues j'aurai du le voir illégalement. Malgré tous les défauts du film, le fait de voir Clovis Cornillac parler le vietnamien m'a tout de même fait rire.

Anonyme a dit…

J'invite à regarder l'interview sur Youtube ou Dailymotion de la comédienne Sabine Bail qui joue Chloé:
visiblement pas mal de gens sont passé à côté de la véritable intention du film.
http://www.dailymotion.com/video/xdg8n0_anniversaire-jacques-leglou-petit-c_shortfilms

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz