11 févr. 2010

NINJA ASSASSIN

Avec V pour Vendetta, James McTeigue avait séduit une partie du public tout en rendant verts de rage les fans les plus hardcore d'Alan Moore. Un point réunissait cependant tous les spectateurs : la laideur de l'image et la lourdeur de la mise en scène, qui plombait sacrément un propos passionnant. Après avoir tourné en partie - et mal - un Invasion imputé à Oliver Hirschbiegel, le petit protégé des frères Wahowski confirme son peu d'aisance derrière la caméra, d'autant plus visible qu'il n'est absolument pas compensé par la qualité du scénario. Ninja assassin est en effet une bête, très bête histoire de vengeance, simple prétexte à dérouler une longue, très longue série de scènes d'action dont le principal critère de qualité semble être la quantité d'hémoglobine déversée. Sur ce point, le film va en effet au bout des choses : il y a du sang partout, tout le temps, qui gicle et qui tache. Et c'est d'ailleurs tout ce qu'on en retient.
La première scène fait à peu près illusion : dans un grand salon, des yakuzas font les malins tandis que l'un d'entre eux se fait tatouer par un vieil homme qui leur raconte un massacre dont il fut le témoin plusieurs dizaines d'années auparavant. Quelques secondes plus tard, tous finiront décapités, ratiboisés, coupés en tranches sans avoir eu le temps de comprendre leur douleur. Ce massacre fulgurant, perpétré par une entité quasi invisible, n'est malheureusement pas à l'image de la suite : très vite, on découvre l'identité du sabreur fou, un jeune ninja au regard triste dont le charisme avoisine celui d'une moule marinière. La totale transparence de l'acteur principal empêche le mystère de perdurer, d'autant que le personnage sera ensuite disséqué tout au long du film au gré de flashbacks lénifiants et tire-larmes sur la difficile condition d'élève-ninja et les sacrifices consentis pour en arriver là. Ninja assassin est en fait construit en deux temps, qui s'alternent mais ne se répondent jamais : des phases exagérément explicatives et d'autres excessivement violentes. Autant dire qu'on se serait contenté de la deuxième partie.
Mais voilà : la mise en scène de McTeigue empêche le film de devenir le défouloir badass qu'il aurait pu être. Si quelques scènes - l'ouverture, une bagarre avec un gros dans des toilettes publiques et le duel final - ont éventuellement de quoi nourrir l'oeil du fan de cinéma bourrin, le reste n'est qu'un alignement de plans mal composés, où la profusion de sang n'est même pas correctement utilisée à des fins esthétiques. Pas assez con pour être vraiment drôle, Ninja assassin est avant tout une série B mortellement ennuyeuse. Que sont allés faire Lana & Andy Wachowski dans cette galère ? Et surtout, pourquoi persistent-ils à traîner derrière eux le boulet McTeigue, visiblement incapable de toute cohérence artistique ? Voilà sans doute la seule question intéressante soulevée par le film.




Ninja assassin de James McTeigue. 1h39. Sortie : 10/02/2010.
Critique publiée sur Écran Large.

5 commentaires sur “NINJA ASSASSIN”

Niko06 a dit…

Zut, m'attendais vraiment pas à un chef d'œuvre mais je pensais que ça serait au moins fun et con... damn it!!

Fred a dit…

J'ai bien fait de pas participer au concours alors... (un peu comme le concours Lascars, j'ai jamais rien reçu, d'ailleurs)

Rob Gordon a dit…

Faut pas hésiter à me faire signe si vous recevez pas les lots ; parfois il suffit que je batte le rappel et ils envoient des places qu'ils avaient aussitôt oublié d'expédier.

Benjamin F a dit…

Bon bah je vais retourner jouer à Bishock 2 dans ce cas :)

Phil Siné a dit…

rah mince, dire que je projetais d'y aller... surtout qu'on nous avait passé la bande annonce à la dernière absurde séance !
bon, me voilà prévenu et bien refroidi...

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz