8 janv. 2010

UNE VIE TOUTE NEUVE

Une vie toute neuve, c'est l'éternelle histoire d'une petite fille plantée là par un père trop miséreux pour l'assumer, et contrainte de vivre ses jeunes années comme l'orpheline qu'elle n'est pas. Le sujet n'est absolument pas neuf, mais ce qui tend à le différencier des autres est l'évidente part autobiographique qui cerne le premier film d'Ounie Lecomte. Nul besoin de connaître la réalisatrice ou son histoire pour saisir à quel point l'oeuvre naît d'un besoin de se raconter, de se livrer corps et âme avant de passer éventuellement à des réalisations plus éloignées de sa réalité. Cela transparaît de façon criante de par la façon dont la réalisatrice épouse littéralement le regard noir et dur de la jeune Jinhee, icône tragique malgré elle.
La petite fille occupe tout l'écran, tous les plans, tout le film. Il n'y a qu'elle, et c'est à la fois la force et la faiblesse d'Une vie toute neuve : la fascination de la réalisatrice pour une héroïne qui est également son double finit par avoir quelque chose de too much tant on semble parfois atteindre des sommets de nombrilisme. Le témoignage est accrocheur, mais la façon qu'a Ounie Lecomte de nous tirer par le bras pour nous forcer à la plaindre finit par devenir assez désagréable. Bien trop planplan, la mise en scène oublie totalement de s'ouvrir au monde et aux autres personnages, rendant au final le portrait un peu vain et complaisant.
Paradoxalement, c'est lorsque Jinhee va le plus loin dans la noirceur que le film semble le plus sincère : il se produit enfin quelque chose de pas feint, le script dépassant alors la simple "histoire vécue" pour produire certes très tardivement un peu de vrai cinéma. On reste sans voix devant cette scène où la fillette décide d'affronter la mort en s'enterrant vivante. La détermination qui se lit alors dans les yeux de la jeune interprète a de quoi déchirer l'âme. Cette seule scène domine très largement un film qui n'exploite pas suffisamment le caractère totalement dépressif de son héroïne et préfère plonger régulièrement la tête la première dans un bain de conventions. La conclusion en forme de note d'espoir n'est pas trop chargée en pathos, mais tend à annihiler la rugosité emmagasinée çà et là par un film ressemblant trop à une thérapie personnelle.




Une vie toute neuve (Yeao-haeng-ja) d'Ounie Lecomte. 1h32. Sortie : 06/01/2010.
Critique publiée sur Écran Large.

3 commentaires sur “UNE VIE TOUTE NEUVE”

Pascale a dit…

Encore une fois on n'a pas vu le même film.
Suivre au plus près cette petite fille sans pathos et sans effet tire-larmes est une des forces de ce film. La réalisatrice ne cherche pas à la rendre forcément sympathique puisqu'elle s'obstine dans son silence, qu'elle arrache les poupées des autres petites etc.
Et pourquoi le cinéma ne servirait-il pas de psychanalyse ? surtout si c'est fait avec autant de finesse et non en nous imposant des analyses psycho-trucs.
Quelles que soient les "raisons" des adultes, ce sont TOUJOURS les enfants qui se sentent coupables.

Jordane a dit…

Pour un premier film, franchement... et puis dénicher cette petite, c'est vraiment excellent.
Et je ne vois rien de nombriliste là-dedans.
Le père n'est pas trop miséreux pour l'assumer, il se remarie, et dans ce pays, se remarier, c'est occulter le passé > donc occulter sa fille > donc s'en séparer.

Pascale a dit…

Pas assez de dentelles et de N° 5 pour attendrir la couenne de Rob !

C'est sûr (pour ne pas dire "c'est clair") que son père l'abandonne avec un gros gâteau en guise de dot.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz