3 janv. 2010

[REC] 2

Qu'est-il arrivé à Paco Plaza et Jaume Balaguero ? Auteurs d'un [Rec] qui en avait fait trembler plus d'un en exploitant assez correctement le principe de la caméra subjective, les deux réalisateurs espagnols promettaient que cette suite directe constituerait un choc bien plus impressionnant de par les moyens techniques utilisés et l'ambition scénaristique. Toutes ces belles promesses pour accoucher au final d'un film assez honteux, qui aurait été digne de terminer directement dans les bacs des vidéo-clubs. [Rec] 2 se contente de ré-exploiter le principe du premier volet avec opportunisme et hystérie, et c'est assez moche.
On serait tombé à bras raccourcis sur ces salopards d'Américains s'ils avaient osé commettre une suite ou un remake d'un film aussi original que [Rec] - ah, tiens, zut, c'est fait : ça s'appelle En quarantaine, ça n'a aucun intérêt mais c'est disponible en DVD. Pas de raison pour être plus tolérant avec Balaguero et Plaza, qui ne nous avaient guère habitués à des oeuvres aussi expéditives. Le film se déroule immédiatement après la fin du premier : l'insupportable journaliste y finissait trainée par les pieds après avoir découvert que les zombies infestant l'immeuble. Soit deux petites minutes où la mythologie prenait le pas sur l'effroi. Ici, c'est le contraire. Sans doute grisés par le succès, Jaume et Paco ont cette fois tenu à inverser la tendance afin de faire de [Rec] 2 un film aussi intelligent qu'effrayant. Peine perdue : non seulement le blabla étalé dans le scénario est vaseux et inintéressant, mais de plus il tend à casser le rythme à intervalles réguliers. C'est pourtant là qu'était la réussite de [Rec] : faire du temps réel un moteur de paranoïa chez un spectateur tout à fait conscient que l'horreur peut surgir à tout moment.
Mais les aspects explicatifs sont loin de constituer la seule plaie du film. Pour dire la vérité, si le premier n'était effrayant que par intermittences, celui-là ne l'est pas du tout. L'explication est simple, mais incompréhensible de la part de deux cinéastes expérimentés : ils ont cette fois confondu terreur et hystérie. Dans [Rec] 2, les zombies sont rares, et n'effectuent que des apparitions fugaces au cours desquelles ils se jettent sur les humains sans coup férir, toujours de la même façon. Pendant ce temps, on baille. D'autant que, par la force de ce scénario décidément ni fait ni à faire, le spectateur est condamné à revivre certains évènements plusieurs fois. C'est d'ailleurs la seule et unique conséquence de ce qui constituait pourtant une bonne idée de départ : multiplier les points de vue en montrant l'action à travers les casques vidéo de policiers ainsi que par le biais d'une caméra manipulée par des jeunots. À l'arrivée, rien que du vide, qui provoque au mieux une terrible céphalée, et au pire une terrible indifférence face à ce qui constitue un inénarrable gâchis.




[Rec] 2 de Jaume Balaguero & Paco Plaza. 1h25. Sortie : 23/12/2009.

2 commentaires sur “[REC] 2”

Pascale a dit…

Oui les Grands Dieux me tripotent, que leur est-il arrivé ???

IcingSugar a dit…

Ça tombe bien. Je viens de lire une autre critique totalement contraire ! Je vais pouvoir le regarder pour me faire ma propre idée, mais je sens que c'est vers ton opinion que je vais pencher. :)

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz