24 janv. 2010

OÙ SONT PASSÉS LES MORGAN ?

C'est vrai ça, où sont passés les Morgan ? À Ray, bled parmi les bleds du Wyoming, où la chasse au cervidé et le rodéo sont les seules occupations disponibles. Ça fait un peu bizarre quand on a vécu toute sa vie dans de beaux appartements new-yorkais. Mais ça peut permettre de renouer avec soi-même ou avec l'être jadis aimé. Oui, le nouveau Marc Lawrence est aussi tarte et prévisible que son résumé, et c'est fichtrement dommage. S'il avait réussi à dépasser son postulat avec Le come-back, il se vautre ici dans les clichés et les raccourcis, bondissant aussi prestement que possible sur toutes les oppositions binaires qui passent. Les citadins sont précieux, les campagnards sont généreux. Les uns sont égoïstes, les autres généreux. Les uns sont démocrates, les autres républicains. Où sont passés les Morgan ? n'est, la plupart du temps, que l'expression culpabilisante d'un réalisateur ayant subitement pris conscience de la superficialité de sa vie à la ville. Tout ça ne fait pas un film.
On pourrait très bien se moquer de cette mise en situation schématique, voire se réjouir de son potentiel comique, si la partie "comédie romantique" n'était pas aussi conventionnelle, pour ne pas dire miteuse. C'est donc l'histoire de deux anciens époux séparés par la force des choses, pris par des jobs accaparants qui ne leur ont même pas laissé le temps de faire des gosses. Se retrouver en tête-à-tête en pleine cambrousse finira par les réunir. Le message, c'est donc que la ville est un facteur très aggravant des situations sentimentales en péril, et qu'un petit coup de campagne suffit à régler tous les problèmes. La vie, c'est quand même d'une simplicité... Autre élément extrêmement agaçant : c'est un film où les héros n'ont pas d'âge. On tente de nous faire oublier que Hugh Grant est quasiment quinqua et que Sarah Jessica Parker est à peine plus jeune. Ils ont des problèmes de trentenaires, des attitudes de trentenaires, et finiront par résoudre leurs différends en un claquement de doigt, rattrapant le temps perdu de façon fulgurante - l'épilogue est particulièrement affligeant.
Heureusement, il y a Hugh. Même s'il est toujours dommageable de le voir s'épuiser à défendre de telles inepties, il reste l'un des rois absolus de la punchline, capable d'en débiter cinq à la minute en conservant son éternel sourire de jeune homme bien élevé. Grant a fait plus de miracles ailleurs, mais remplit plutôt bien son rôle de bouée de sauvetage pour film en perdition. Il ne fallait pas compter sur une Sarah Jessica Parker toujours aussi empesée, et qui ne sera pas crédible au cinéma tant qu'elle ne s'éloignera pas davantage de la Carrie Bradshaw qui lui colle à la peau. Dans Esprit de famille, elle jouait assez idéalement de son allure de grande bourgeoise un peu guindée ; depuis, elle erre comme une âme en peine à la recherche d'une jeunesse passée et d'un personnage qu'elle aurait sans doute aimé incarner pour l'éternité. Même l'aspect "chien dans un jeu de quilles" de l'arrivée des Morgan n'est pas transcendé par son irruption en tailleur chic. Preuve d'un manque évident d'esprit comique et de second degré, à l'image de cette rom com parfois sympathique mais souvent calamiteuse par ce qu'elle raconte comme par ce qu'elle semble dire.




Où sont passés les Morgan ? de Marc Lawrence. 1h45. Sortie : 20/01/2010.

1 commentaire sur “OÙ SONT PASSÉS LES MORGAN ?”

Pascale a dit…

Une "rom com" !!!
Serait-ce une comédie romantique ??

J'ai pas osé parler de leur âge même si la miss Parker semble vouloir s'arrêter à la trentaine...

Tu es bien indulgent avec Hugh qui ne m'a jamais paru aussi empoté (alors que je l'apprécie beaucoup) !!!
Mais on est d'accord, sa façon de balancer ses répliques mine de rien c'est UNIQUE !

Quant à la Sarah... je ne connais pas la Bradshaw mais quelle mauvaise actrice et tu es encore une fois bien idulgent de dire qu'elle aurait été "idéale" dans l'Esprit de famille, film insupportable.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz