17 janv. 2010

LA MERDITUDE DES CHOSES

De la bière, du cul, de la déconne : chez les frangins Strobbe, on n'est pas du genre à lire Kant au coin du feu. Profiter de la vie, c'est forcément assouvir des besoins primaires et immédiats pour se donner l'impression d'exister sans intellectualiser. La merditude des choses suit ces quatre frères vivant chez leur maman bonne poire pour ne pas aggraver leurs situations financières. Le belge Felix van Groeningen épouse le point de vue du jeune Gunther, ado à nuque longue qui tente de trouver sa place au milieu de cet énorme capharnaüm. Deviendra-t-il un adulte équilibré ou perpétuera-t-il la tradition qui veut qu'un Strobbe soit forcément un pochtron sans plan de carrière ? La réponse n'a rien d'un mystère, puisque l'histoire est racontée par un Gunther adulte, devenu écrivain.
Primée au festival du Groland, cette Merditude a des allures de franche déconne, avec ses héros qui font du vélo à poil, participent au tour de France de l'alcool, s'endorment la gueule dans leur vomi, vivent, rient, baisent bruyamment. D'où une sensation de plaisir un peu coupable devant ce festival de connerie à la séduction presque trop facile. Mais le plus intéressant n'est heureusement pas là : car derrière ces Bierbäuche et ces grosses moustaches se cachent des coeurs imbibés de bière mais surtout pétris de douleur. Chez les Strobbe, la fête n'est qu'une vitrine destinée à masquer la détresse générale. Et lorsque les excès en tous genres poussent certains personnages vers l'hôpital ou qu'ils font craindre pour la sécurité des jeunes enfants de la famille, les affaires se corsent.
Progressivement, La merditude des choses quitte donc la gaudriole pour se faire plus proche de ses personnages et les montrer sous un jour plus intime. On assiste à la renaissance d'un homme qui découvre ce que signifie vraiment être père. On observe le déclin de la grand-mère, qui n'en peut plus d'abriter une bande de bons à rien qu'elle continue d'aimer mais qu'elle n'arrive plus à suivre. On a mal pour ce jeune Gunther complètement désorienté, qui ferait bien comme papa pour lui faire plaisir mais qui semble rêver d'autre chose. C'est par son aspect gueule de bois que le film séduit réellement. Et même s'il traîne en longueur et peine à se trouver une conclusion, même s'il se loupe un peu dans sa peinture du Gunther adulte, le troisième long de Felix van Groeningen fait montre de prédispositions étonnantes à extraire la douleur des êtres les plus monolithiques.




La merditude des choses de Felix van Groeningen. 1h48. Sortie : 30/12/2009.

9 commentaires sur “LA MERDITUDE DES CHOSES”

benoit a dit…

Ben, ça me tente bien ça ! (histoire de me remettre de l'affligeant "Invictus".

Rob Gordon a dit…

Faut se dépêcher, le nombre de salles commence à se réduire considérablement.

Manu a dit…

Petit rectificatif si je puis me permettre: la merditude des choses est certes le premier film de Felix van Groeningen à sortir en France mais c'est tout de même son 3eme long métrage en tant que réalisateur!

Voilou...

Pascale a dit…

ce film m'a bouleversée moi.

Maxime Hurtrel a dit…

Film très original et divertissant. Eviter simplement avant ou juste après un repas ;)

je vous transmets aussi l'avis d'une amie assistante sociale qui me dit, à peu près mot pour mot qu'elle est "contente de pouvoir enfin mettre des images sur la difficulté des situations auxquelles elle est confrontée dans son travail, et les montrer à ses amis"

Rob Gordon a dit…

Merci Manu, c'est corrigé.

Manu a dit…

Tu vois Pascale qu'on peut être d'accord sur un film :-)

J'ai adoré cette "Merditude" qui m'a rappellé à bien des égards l'émission "Strip tease" diffusé sur France 3...

Anonyme a dit…

un vrai navet

Benoit a dit…

excellent film ! bien vu, drole, sans pathos avec quelques scènes d'anthologie. Un vrai OFNI comme les belges sont seuls capables d'en faire !!

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz