11 janv. 2010

GIGANTIC

Les films indépendants américains se suivent et se ressemblent... C'est en tout cas la sale image que donne ce Gigantic bien faiblard et extrêmement mineur malgré ce que laisse entendre le titre. Rien que le casting fait doucement ricaner : Zooey Deschanel et Paul Dano, ça frise la parodie. On ne conteste pas le talent certain de ces deux interprètes, mais tout cela manque cruellement d'originalité. Avant même la première image du film, il n'est pas difficile à deviner que l'une sera la fille fantaisiste et rigolote dont les grands yeux rendent amoureux mais qui refuse de s'engager, tandis que l'autre sera le type mal dans sa peau et en pleine crise identitaire. Gagné ! Le personnage de Brian est en effet tiraillé entre sa honte d'avoir un job lambda alors que ses frangins brillent et son envie d'adopter un petit chinois. Le tout dans un objectif d'affirmation de soi.
Ce qu'il y a de fichtrement déplaisant dans Gigantic, c'est que la fantaisie de ses situations et de ses personnages semble totalement artificielle. Il n'est pas difficile d'imaginer le brainstorming organisé par les deux scénaristes et consistant à chercher à tout prix l'idée qui rendra leur film singulier. La quête de l'idée original ou du sujet décalé n'est pas une tare en soi, mais lorsque le talent ne semble pas poindre là-dessous, ça se voit. Les intentions sont clinquantes, le résultat souvent fabriqué de toutes pièces. Pas une once de sincérité ne vient transcender le sujet ou les personnages, et c'est bien dommage. Mais les dialogues archi-décalés ont du goût, et c'est déjà un énorme point fort auquel se raccrocher.
Et puis il y a les seconds rôles : même s'ils sont faussement excentriques, les personnages secondaires viennent régulièrement rompre la monotonie de l'ensemble. À commencer par John Goodman en gros plein de fric et de soupe, qui prodigue des conseils légèrement décalés à son adorable petite fille. Bref, Gigantic, c'est pas terrible, mais surtout, on s'en fiche. En revanche, le scandale, c'est d'oser commettre une telle affiche quand on veut que son film fonctionne et plaise au public. S'il n'y avait que sa laideur, on passerait l'éponge sans sourciller ; le problème, c'est qu'elle tend également à gâcher l'un des principaux questionnements du film, qui concernent Brian et sa tentative d'adoption. Y arrivera, y arrivera pas ? Pas la peine de s'en soucier : en une sale image, les concepteurs ont répondu. Qui a dit que le monde du cinéma n'était constitué que de gens passionnées et consciencieux ?




Gigantic de Matt Aselton. 1h37. Sortie : 06/01/2010.
Critique publiée sur Écran Large.

Laissez le premier commentaire sur “GIGANTIC”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz