27 janv. 2010

GAINSBOURG (VIE HÉROÏQUE)

Juste après le générique final de son Gainsbourg, Joann Sfar insère une de ses propres citations en guise de note d'intention. Orgueil ou manque de confiance ? Nombrilisme ou tentative maladroite de justifier des partis pris qui divisent ? On ne sait pas. Tout comme on se gardera bien d'émettre un avis définitif sur cette (Vie héroïque) aux allures de patchwork, qui supporte difficilement une appréciation d'ordre global. Sfar nous convie à un défilé d'errances oniriques, d'évènements plus ou moins célèbres, de divagations en tous genres. Il construit ses séquences comme les planches d'une bande dessinée, s'imposant un nombre maximum de cases pour raconter telle ou telle chose avant de passer inexorablement à la page suivante et à un autre pan, fantasmé ou non, de la vie de l'homme à la tête de chou.
Annoncé comme un conte, Gainsbourg (vie héroïque) en est-il vraiment un ? Oui, par bribes. La première partie, dans laquelle il est flanqué d'un double encombrant et caricatural, joue cette carte avec malice et inventivité. Cette conscience surdimensionnée, aux doigts longs et maigres, est un compagnon troublant, dérangeant, parfois comique. On retrouve les obsessions sfariennes et même son coup de crayon, utilisé à plus d'une reprise dans les dessins faits par les personnages ou au gré de quelques flashs animés. Pas une date, un fil conducteur ténu, peu de passages obligés : là, le film se démarque du biopic avec une aisance assez charmeuse. Sfar tente beaucoup, se prend forcément les pieds dans quelques tapis, mais son évocation de Gainsbourg reste toujours digne, à la fois extrêmement distante - pas de compassion qui tienne - et totalement intime - le personnage insaisissable devient soudain compréhensible, donc humain. Quel miracle d'avoir trouvé en Éric Elmosnino un semi-sosie doublé d'un acteur fin, racé, délicat ou excessif si besoin, mais rarement dans l'imitation. Et quand il emprunte une ou deux mimiques à l'artiste, on sent davantage de tendresse que de malice. Bref, c'est une bonne idée de ne pas avoir engagé Patrick Sébastien pour le rôle.
La seconde moitié n'a rien de scandaleux mais rentre progressivement dans le rang, jusqu'à ressembler à une simple biographie où subsisteraient heureusement quelques rares signes de fantaisie. C'est comme si ses rencontres successives avec des femmes superbes empêchaient désormais Gainsbourg d'être le personnage torturé et passionnant
qu'il était jusqu'alors. Si la partie Juliette Greco, arrivant tôt dans le film, est sensuelle et déconcertante, les épisodes amoureux qui suivront sont bien plus inégaux, flirtant avec une normalité qui fait trop vite retomber sur Terre. On est loin des gueules enfarinées et surmaquillées d'Olivier Dahan et compagnie, d'autant que Sfar n'est absolument pas intéressé par les ruptures hystériques et les dépressions sous Prozac, mais la juxtaposition de ces histoires d'amour (de baise ?) n'apprend pas grand chose sur le personnage et n'imagine rien de sa vie intérieure. Casta est bonnasse mais son imitation de Bardot est bien vaine ; Mylène Jampanoï fait tapisserie en Bambou ; Lucy Gordon s'en sort mieux pour Birkin mais c'est insuffisant. Un vrai conte aurait laissé de côté les heures funestes de Gainsbourg, ou les aurait traitées moins frontalement. Un vrai conte ne filmerait pas la Jamaïque à la manière d'un vieux clip de Lavilliers. Un vrai conte n'intégrerait pas une séquence comme celle de la Marseillaise. Il existe une véritable dichotomie au sein de Gainsbourg (vie héroïque) : la première heure ressemble à un premier film, avec un trop plein d'idées enthousiastes mais pas toujours contenues, et la seconde à un deuxième film, qui tente de reproduire - en moins bien - les bons points du précédent. On attend donc le troisième film de Joann Sfar, qui pourrait en faire définitivement un cinéaste intéressant ou le renvoyer sans pitié encrer des cases pour l'éternité.




Gainsbourg (vie héroïque) de Joann Sfar. 2h10. Sortie : 20/01/2010.
Autre critique sur Une dernière séance ?.

3 commentaires sur “GAINSBOURG (VIE HÉROÏQUE)”

Pascale a dit…

Y'a du vrai y'a du faux dans ce que tu dis mais je trouve l'ensemble globalement plus que positif.

Je vois pas non plus ce que viennent faire Dahan (le plus mauvais et le moins drôle imitateur de tous les temps, c'est mon avis et j'interdis qu'on pense autrement) et Sébastien là dedans.

Tu vois moi j'ai trouvé Laetitia géniale et Lucy très fade !

L'enfance est prodigieusement traitée je trouve et donne suffisamment envie de voir le reste qui est très au dessus du niveau de la mer.

Jiem a dit…

le film a ça de déroutant et en même temps si attirant qu'il est construit dans l'opposition des planches, avec des figures récurrentes, des apartés ponctuels, ... une très bonne surprise pour ma part. je n'ai regretté effectivement que le passage en jamaïque qui aurait pu être plus "relevé".

catali a dit…

2 parties? oui peut-être.
L'une commencerait quand "son étoile" réclamée et assumée, l'inspirait pour construire mentalement sa conscience non pas morale mais vitale.
Jusqu'à ce qu'elle se limoge toute seule laissant le personnage aller "vulgairement"

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz