7 janv. 2010

ADAM

Y a-t-il meilleur sujet de cinéma que les autistes ? Évidemment non. L'autisme permet de s'attendrir, de compatir, de verser sa petite larme sur le sort de pauvres malheureux passant leur vie à essayer de s'insérer. La meilleure méthode pour traiter ce sujet sans passer pour un auteur racoleur est sans doute : 1) de choisir l'option "film indépendant" pour éviter que l'oeuvre en question ne ressemble pas à une machine à dollars ; 2) de choisir un syndrome bien précis pour faire dans le réalisme semi-documentaire. L'objectif étant d'emballer un mélo susceptible de toucher les plus impressionnables tout en évitant au mieux les railleries des cyniques. L'air de rien, Adam réussit son pari : il est tout à fait possible d'être un peu ému par ce jeune type à la jolie frimousse, que son syndrome - Asperger, ça s'appelle - empêche de s'ouvrir à la vie et de séduire convenablement sa nouvelle et jolie voisine.
Au départ, le premier film de Max Meyer fait même plus fort que ça : les premières minutes, muettes mais pleines de sens, décrivent la vie solitaire et déprimante de ce jeune Adam fraîchement orphelin de père. Il y a de quoi marcher à plein tube devant la peinture du quotidien vide et répétitif de cet être dont les seules plaisirs sont les macaroni and cheese et les émissions de James Lipton. La suite, plus conventionnelle mais jamais scandaleuse, tombe gentiment dans les travers du mélodrame sincère mais toc. On voit ainsi Adam exceller dans son job - comme tout bon autiste, c'est un scientifique hors pair - et séduire la mimi girl next door en lui faisant visiter son appartement subitement transformé en planétarium. C'est sympathique, c'est gentil tout plein, mais on a quand même l'impression d'avoir vu ça une paire de fois avant.
Avec une certaine pudeur, Meyer va pourtant au bout de son sujet, et l'indéfectible foi qu'il semble porter en son film pousse forcément à la tendresse. On croit ainsi très moyennement à l'histoire d'amour trop édifiante qui finit par unir un Adam en voie d'adaptation et une Beth tolérante et patiente comme quatre. Et l'on a encore plus de mal à gober les difficultés rencontrées par leur improbable couple, tant l'écriture approximative rend ces rebondissements artificiels. En dépit de la prestation d'un Hugh Dancy gagnant à être connu et d'une Rose Byrne plus chou tu meurs, Adam ne prend jamais le dessus sur des intentions d'autant plus voyantes qu'elles ne sont pas neuves. Mais reste bien moins déshonorant que bien des hollywooderies faites pour récolter de l'Oscar.




Adam de Max Meyer. 1h39. Sortie : 06/01/2009.
Critique publiée sur Écran Large.

1 commentaire sur “ADAM”

SysTooL a dit…

Mmmhhh... "bon scientifique comme tout autiste qui se respecte", c'est un gros cliché bien tenace qu'on a imprimé dans nos esprits "grâce" à RAIN MAN... la réalité est malheureusement toute autre... il est même plutôt rare que les patients autistes ait un "don" particulier dans ce genre...

Et l'Asperger, qui est une forme d'autisme essentiellement dans les interactions sociales, est toujours à la mode, je vois! :-)

SysT

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz