3 oct. 2009

PANDORUM

Après Antibodies et Le cas 39, Christian Alvart quittait l'univers des psychopathes pour aller faire un tour dans l'espace. C'est en tout cas ce que l'on croyait, puisque Pandorum se révèle rapidement être le film le plus fêlé du réalisateur allemand, celui qui confirme qu'il est bel et bien affecté par un problème neuronal. Le postulat est assez vicieux : lorsque les deux héros (incarnés par Ben Foster et Dennis Quaid) se réveillent à bord de leur vaisseau ultra-futuriste après des années d'hyper-sommeil (simple jargon technique), on les croit seuls à bord et on les imagine donc prêts à se livrer à une longue séance d'introspection, à une auto-analyse façon Solaris. Même si cela en ruine une partie du potentiel, le script a le mérite d'abattre rapidement ses cartes, annonçant que 1) il y a bien plus de deux personnes à bord ; 2) il y a même autre chose que des êtres humains ; 3) il y a assez peu de place pour la tranquillité et la méditation. S'abat rapidement sur l'intrigue un tumulte perpétuel qui les perturbe immédiatement, les triture ensuite pendant près de deux heures et les recrache, lessivés ou même complètement tarés, à la gueule d'un spectateur lui aussi harassé.
Le scénariste Travis Milloy a visiblement révisé son petit Neil Marshall illustré : dans Pandorum, les bestioles ressemblent à celles de The descent, les combats tribaux, les décors et l'héroïne burnée à l'univers de Doomsday. D'autres références tendent à écraser un film qui serait sans doute l'ombre de lui-même s'il n'y avait la mise en scène de Christian Alvart, imaginative et déjantée. On frise régulièrement l'overdose d'effets, notamment au niveau du montage, mais le travail du réalisateur allemand reste néanmoins excitant jusqu'au bout et permet de maintenir l'attention en éveil. Le script, lui, zigzague entre rebondissements alléchants et n'importe quoi généralisé, franchissant plus d'une fois les frontières de l'intelligible. En bout de course, on ne comprend plus bien où il veut en venir, ni sur l'humanité ni sur Dieu. Mais la quantité de matière visuelle est suffisante pour faire oublier ce long patinage.
L'une des forces de Pandorum, c'est d'arriver jusqu'à son terme à concilier les histoires, traitées en alternance, des deux militaires interprétés par Quaid et Foster. Conformément à son image de héros vieillissant, le premier est au coeur d'un huis clos quasi intimiste, lequel tranche considérablement avec l'aventure frénétique et terrifiante vécue par le second. Le scénario a beau être imparfait, il maintient l'équilibre à merveille et le rend homogène jusque dans ses défauts. Et quand, après une bonne heure de séparation, les deux hommes se retrouvent enfin pour partager leurs enseignements, le film crée une curiosité maximale. Elle est malheureusement bien insatisfaite par quelques révélations de fin capillotractées ou prévisibles (au choix) et des dernières images un rien too much. Alvart a beau être talentueux, il lui reste bien du travail pour parvenir à devenir un cinéaste cohérent et totalement emballant.




Pandorum de Christian Alvart. 1h45. Sortie : 30/09/2009.

Laissez le premier commentaire sur “PANDORUM”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz