12 oct. 2009

LES JOIES DE LA FAMILLE

Dans Brazil, la modification accidentelle d'un caractère typographique constituait pour le pauvre Buttle le début d'une longue série de péripéties éprouvantes. Une erreur encore plus minime est au centre des Joies de la famille : croyant adopter un petit Patrik d'un an et demi (1,5 pour ceux qui seraient allergiques aux chiffres), un couple de suédois se retrouve finalement en charge d'un Patrik adolescent âgé de 15 ans. Imaginez : une simple virgule en trop, et c'est toute une mécanique scénaristique qui se met en marche. Ça donne envie de se relire jusqu'à épuisement afin d'éviter la moindre faute de frappe...
Car Les joies de la famille n'est rien qu'un téléfilm assez inepte, qui a étrangement réussi à faire son chemin depuis la Suède. Le maigre imbroglio relaté ci-dessus est étiré en longueur sur une heure et demie sans que jamais la réalisatrice Ella Lemhagen en tire quoi que ce soit d'un peu épais. Le jeune Patrik est un délinquant récidiviste ? Ses nouveaux parents planquent tous les couteaux avant de découvrir assez vite à quel point c'est un bon garçon usé par la vie. Chaque problème possiblement épineux a ainsi sa solution schématique et ennuyeuse, donnant l'impression d'être coincé un lundi soir devant TF1. Mais le film, adapté d'une pièce de Michael Druker (qui n'est pas le présentateur du Vivement dimanche suédois), dispose d'un argument publicitaire en plus, censé faire toute la différence, et susceptible de capter la bienveillance hypocrite d'une certaine partie du public.
C'est que, voyez-vous, le couple qui accueille Patrik contre son gré est constitué d'un homme et d'un homme, sujet furieusement à la mode dans bien des films populistes qui semblent découvrir l'existence d'une homosexualité différente de celle montrée dans La cage aux folles. À ce titre, Les joies de la famille apparaît comme le pendant scandinave d'un Comme les autres en forme de consensus mou, dont le seul message était « les homosexuels sont des gens normaux, si si ». Contrairement à son homologue français, le film de Lemhagen n'a même pas une vocation de film à thèse, la cause des homosexuels suédois étant déjà entendue depuis 2002 en ce qui concerne l'adoption. Il n'est qu'un tout petit machin faussement tolérant qui ne lancera aucun débat pas plus qu'il ne suscitera la moindre émotion.




Les joies de la famille (Patrik, 1.5) de Ella Lemhagen. 1h43. Sortie : 07/10/2009.
Critique publiée sur Écran Large.

1 commentaire sur “LES JOIES DE LA FAMILLE”

Pascale a dit…

T'as qu'à pas passer tes lundi soir devant TF1, qu'est ce que tu veux que je te dise.

Ce film est simpliste mais vraiment pas mal du tout et il a au moins le mérite de parler de ce "problème", avec trois vraiment très bons acteurs

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz