7 oct. 2009

FUNNY PEOPLE

Judd Apatow est un type génial : producteur émérite, découvreur de talents, heureux père de famille... et auteur frustrant. Funny people est son troisième long-métrage, et c'est par conséquent la troisième fois qu'on se dit que ce mec est un génie, mais qu'il nous le montrera mieux dans son film suivant. L'âge adulte, la paternité, et maintenant l'humour et la mort : dans les films qu'il réalise, Apatow empoigne des thèmes "de société", terriblement généraux dans leur énoncé, mais dans lesquels il injecte tout un lot de névroses qu'il fait passer à grands coups d'humour salvateur. Le sujet de Funny people - une star du stand-up apprend qu'elle est mourante - fleurait particulièrement bon la grande comédie existentialiste et donc dépressive, une sorte de film à la John Hughes mais avec des plus de 30 ans dedans.
Il n'y a d'ailleurs guère de tromperie sur la marchandise : il y a tout ça dans Funny people. Mais il y a malheureusement autre chose. D'une durée de 2 heures 20, le film n'est jamais vraiment ennuyeux, mais il est surtout outrageusement long. Apatow semble avoir invité le long-métrage à monter soi-même : on s'emparerait volontiers d'une paire de ciseaux et d'un tube de colle afin de trancher dans le vif et d'enlever une bonne demi-heure à un film qui n'avait pas besoin de traîner en longueur vu ce qu'il raconte. Car il y a une légère arnaque dans tout cela : si l'humoriste incarné par Adam Sandler - très bien, très sobre, comme quand il est bien dirigé - apprend bel et bien que ses jours sont comptés, le film emprunte bien vite d'autres voies et finit presque par se désintéresser de ce problème pourtant essentiel, au gré d'un scénario un rien manipulateur et surtout assez paresseux.
De fait, Funny people est juste un Apatow de plus, mais un pas mauvais, qui atteint ponctuellement des sommets d'humour, qui nous enchante à coups de dialogues ciselés et de vannes vraiment drôles ou volontairement foireuses, et nous fait baigner dans les coulisses des comedy clubs où chacun vendrait sa mère pour un bon mot ou quelques minutes de médiatisation supplémentaire. Le duo Sandler - Seth Rogen fonctionne mieux que bien, les seconds rôles sont assez en retrait mais toujours efficaces, et Eric Bana s'intègre à merveille à l'univers Apatow bien qu'étant le fer de lance de la partie la moins intéressante du film. On en sort à la fois charmé et déçu, grisé par la photo de Janusz Kaminski et frustré de ne pas avoir saisi cette fois le petit manège de Judd Apatow, en se jurant néanmoins d'être au rendez-vous qu'un quatrième long qui, auto-persuasion oblige, ne pourra qu'être son chef d'oeuvre.




Funny people de Judd Apatow. 2h20. Sortie : 07/10/2009.

6 commentaires sur “FUNNY PEOPLE”

Pascale a dit…

Oserai-je le dire ??? Ce sera mon premier Apatow...
parce qu'Adam Sandler je l'aime d'amour...
et l'autre là qu'est puceau, mais à l'époque où il l'était je ne savais pas encore que je l'aimerais d'amour alors du coup j'ai raté...

bon, t'façon, ça t'intéresse pas ce que je dis.

T'as pas vu l'tiot Nicolô ???

Foxart a dit…

Apatow & Cie, je suis fan !
Alors celui ci, j'en suis déjà amoureux avant même de le voir !

Pascale a dit…

waoh ! qu'est ce que j'ai aimé !!!
Mais contrairement à toi je n'ai jamais trouvé ça long.
Et puis un type qui rend Eric Bana bon acteur ne peut qu'être un grand cinéaste.

Pascale a dit…

T'as pas vu les pédés qui adoptent ?

Rob Gordon a dit…

Si. C'est affligeant.

Benoit a dit…

je me suis pas ennuyé mais c'est vrai que c'est un peu long et répétitif et surtout décevant par rapport aux deux précédents.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz