11 sept. 2009

TRAÎTRE SUR COMMANDE [reprise]

Gigantesque bide à sa sortie en 1970, Traître sur commande nous revient avec 20 minutes inédites, portant à plus de deux heures la durée du long-métrage de Martin Ritt. Il met en scène une société secrète, les Molly Maguires (titre original du film), composée d'ouvriers redresseurs de torts et n'hésitant pas à employer la manière forte pour punir les patrons ayant commis des injustices. Le film se déroule plus particulièrement dans l'univers des mineurs, et aurait presque un petit côté Germinal si le simili Étienne Lantier n'était en fait qu'un détective infiltré, et déterminé au départ à démanteler ce groupe assez violent.
Considéré aux États-Unis comme l'un des fleurons du cinéma gauchiste (son nom figurait d'ailleurs sur la liste noire de McCarthy), Martin Ritt orchestre effectivement un film social dont Ken Loach n'aurait pas renié le fond, même s'il l'agrémente d'un argument quasi polardeux le différenciant notablement des oeuvres du british. Le premier quart d'heure est totalement muet, sombre, stressant comme une mine de charbon, et rappelle en tous points la brillante introduction du There will be blood de Paul Thomas Anderson. La suite s'en éloigne radicalement, sa principale problématique rappelant certains évènements de l'actualité et notamment les déboires des syndicalistes de chez Continental : jusqu'où peut-on aller pour faire entendre des idées justes et contraindre les méchants patrons - ceci n'est pas un pléonasme - à rendre des comptes ?
Ritt se garde bien de répondre à cette question délicate, mais montre en tout cas ce qui arrive aux meneurs des Molly Maguires lorsqu'ils se trouvent aux prises avec la justice. Ce qui donne lieu à un grand nombre de scènes magnifiques et profondes, menées par un Sean Connery massif mais néanmoins humain. En revanche, la partie concernant l'enquêteur infiltré - un très bon Richard Harris - est plus convenue, les moments où il vient à douter de sa mission respirant le déjà vu. Ce qui n'empêche pas Traître sur commande d'être globalement captivant, et de rappeler que les américains aussi savent pondre des films politiques engagés et déstabilisants.




Traître sur commande (The Molly Maguires) de Martin Ritt. 2h04. Sortie : 17/06/1970. Ressortie : 09/09/2009.
Critique publiée sur Écran Large. Autre critique sur le blog de Dasola.

2 commentaires sur “TRAÎTRE SUR COMMANDE [reprise]”

Rom_J a dit…

Mon patron m'a parlé aujourd'hui de ce film, justement, en me le recommandant chaudement.

J'ai appris à l'occasion que Sean Connery avait utilisé son rôle dans James Bond pour jouer que ce film se fasse : je joue 007 si vous me laissez faire celui-là.

J'ai désormais doublement envie de le voir !

FredMJG a dit…

J'avions entendu dire que The offence de Lumet avec notre Sean préféré devait ressortir dans notre beau pays de France ? Si c'est vrai, faut pas le rater, notre Sean à tous y est résolument GENIAL !!! par contre, la moustache... c'est vraiment pas ça :D

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz