16 sept. 2009

FrightFest 2009 : THE HILLS RUN RED

Grande thématique du FrightFest 2009, le septième art est notamment au coeur de The hills run red, puisqu'il met en scène un étudiant en cinéma qui tente de retrouver le « film d'horreur le plus effrayant de l'histoire », un truc qui fait plus vrai que vrai mais dont il ne reste curieusement qu'une bande-annonce salement flippante (pour lui, en tout cas). Et c'est parti pour un voyage au fin fond d'une Amérique boueuse et crasseuse, caméra au poing, afin d'en retracer la genèse et d'en récupérer une copie. C'est surtout parti pour une heure et demie accumulant les pires clichés du genre, et ne créant que l'ennui là où on était en droit d'attendre une bonne dose de malaise et d'inconfort.
Mené par une bande d'acteurs ayant le charisme d'une clé à molette, The hills run red met toutes les chances de son côté pour devenir un bon gros navet, mais ne parvient jamais à basculer dans la si savoureuse catégorie nanar. La mise en scène est indigente, façon téléfilm de seconde zone ; le scénario est poussif et même pas assez excessif ; quant à l'horreur, il y en a, avec une poignée de scènes de snuff movie assez dégueulasses. Mais celles-ci sont dépourvues de toute épaisseur psychologique et ne suscitent en fait que l'indifférence : dépassionnées, vides de sens, les images n'apparaissent clairement comme de petites démonstration de technique gore. Ce spectacle n'aurait absolument aucun intérêt s'il n'y avait cette sacrée bombe de Sophie Monk, bimbo absolue se rêvant actrice, et se promenant à poil pendant une bonne moitié de film histoire de maintenir une partie de l'audience éveillée. Comme argument de vente, c'est tout de même assez maigre.
Pire, The hills run red apparaît comme un plagiat sans talent de quelques-uns des monuments du cinéma de genre américain. Une pincée de Vendredi 13 pour le background du psychopathe redneck, deux cuillerées de La maison des 1000 morts pour le portrait de cette famille mêlant crasse, sexe et violence, trois louches de La dernière maison sur la gauche pour les poursuites en forêt et les faux airs hippie... Le tout pourrait avoir l'air d'un hommage, mais ne sonne que comme une copie éhontée de la part de Dave Parker, qui n'est pourtant pas un débutant. Ultime coup de grâce : le réalisateur confie s'être inspiré de La conspiration des ténèbres, pavé génial et cinéphile de Theodore Roszak, pour écrire The hills run red. Il y a vraiment des claques qui se perdent...




The hills run red de Dave Parker. 1h21.

Laissez le premier commentaire sur “FrightFest 2009 : THE HILLS RUN RED”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz