5 août 2009

SOIE

S'il n'y avait sur l'affiche le nom du canadien François Girard, on jurerait ses grands dieux que Soie est l'oeuvre d'Edward Zwick. Cette adaptation d'un court roman d'Alessandro Baricco - dont il faut lire, au passage, City, Châteaux de la colère et Novencento, pianiste - ressemble en effet à s'y méprendre à un croisement entre Légendes d'automne et Le dernier samouraï. Même héros jeune, valeureux et pas rasé ; même contrées lointaines, belles à s'en péter la rétine ; même initiation à la vie et à l'amour par l'entremise d'un personnage moins secondaire qu'il n'y paraît. Il ne manque en fait qu'un élément pour que Soie soit un pur film d'Edward Zwick : un souffle épique et des scènes d'aventure dignes de ce nom.
Interprété par Michael Pitt, le héros du film multiplie en effet les périples au Japon afin de ramener dans son petit village français des vers à soie non éclos et vierges de toute maladie. Des voyages longs, épuisants, semés d'embûches, que François Girard choisit de ne pas traiter pour mieux se focaliser sur les périodes d'immobilité du personnage. Un parti pris comme un autre, qui condamne malheureusement le film à n'être qu'une romance parmi tant d'autres, une série de scènes très fleur bleue, bien sucrées, que Baricco n'imaginait sans doute pas ainsi. Si la trop courte partie « soie » a de quoi retenir l'attention, notamment grâce à un Alfred Molina toujours inspiré, le reste tient davantage de la meringue que du grand film d'amour(s). La passion vécue par le héros pendant ses incartades nippones a son petit côté exotique, mais ses retours au pays sont aussi plats que le visage de Keira Knightley, plus que fadasse dans le rôle de l'épouse abandonnée.
Michael Pitt n'est pas beaucoup plus inspiré, rappelant la prestation de Brad Pitt dans Légendes d'automne : plein de cheveux ou une grosse barbe ne suffiront jamais à camper un homme, un vrai. La mise en scène purement illustrative de Girard ne fait qu'accentuer le manque d'envergure des interprètes, qui n'ont, il est vrai, pas grand chose à faire tant cette adaptation semble n'avoir rien à dire ni à montrer. Porter un livre à l'écran est une initiative forte résultant normalement d'un coup de coeur pour une histoire ou une atmosphère. Alors comment expliquer qu'un film pareil soit d'une platitude sans nom ?




Soie (Silk) de François Girard. 1h45. Sortie : 05/08/2009.
Critique publiée sur Écran Large.

7 commentaires sur “SOIE”

Hyacinthe a dit…

J'ai eu peur, j'ai cru que tu avais marqué : "ses retours au pays sont aussi plats que la poitrine de Keira Knightley"

Pascale a dit…

Il y a un superbe euphémisme dans cette note.


Tu l'avais lu ?
Renversant ce petit livre !

pomme a dit…

@hyacinthe: qu'est-ce que tu es....observateur! MDR

et je viens de trouver quelqu'un qui pense comme moi que Brad Pitt "rien" dans "légendes d'automne" MERCI

Voisin Blogueur a dit…

"une série de scènes très fleur bleue, bien sucrées"

Ca y est tu m'as donné envie de le voir ! Je suis en manque de sucre et d'amour, je ne peux pas louper ça !

Rob Gordon a dit…

Alors moi je me décarcasse pour ne pas juste dire "c'est trop nul cette grosse guimauve", et voilà comment tu me remercies ?

Pascale a dit…

C'est pire que "Jusqu'à toi" ???
Ben je voulais le voir moi cette soie.
Pas pour Keyra of course...

Pascale a dit…

Djizeuce... à côté "Légendes d'automne" est un chef d'oeuvre !!!

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz