2 août 2009

MISTER SHOWMAN

À l'heure où vous lisez ces lignes, Mister Showman est déjà retiré de l'affiche. Une sortie technique dans toute sa splendeur : exploité une semaine dans une seule salle, le film a eu le temps de séduire (?) 437 spectateurs avant d'être rangé dans les cartons pour une sortie DVD dans quelques mois - le temps de trouver un titre "français" moins pourri, espérons-le. Une nouvelle fois, c'est bien dommage : doté d'un casting intéressant, le film de Sean McGinly est un film indépendant pétri de qualité. On y suit le propret Troy Gable, qui délaisse ses études de droit malgré l'opprobre parentale afin de se lancer dans l'écriture. Pour subvenir à ses besoins, il accepte pour un temps de devenir l'assistant d'un célèbre magicien se faisant appeler the great Buck Howard - d'où le titre original du film. Sauf que si celui-ci est connu dans toute l'Amérique, c'est autant pour ses talents de mentaliste que pour son absolue ringardise. D'où une longue et chaotique virée à travers les States, que Troy passera à combler les attentes du cabotin qui lui sert de chef.
Bien que le point de vue adopté soit celui de Troy, le véritable (anti-)héros du film est ce fameux Buck Howard, loser magnifique et radoteur de première, qui parvient à remplir une partie des salles où il se produit en proposant une étrange combinaison d'émerveillement et de moquerie. Le film est non seulement un portrait imparable de ce Garcimore imbu de lui-même, mais également une description édifiante de la course au succès, celle-ci s'effectuant à tout prix, au mépris du regard des proches et des réelles attentes du public. Il est d'ailleurs dommage que McGinly n'en soit pas resté là, lui qui s'éparpille de plus en plus en proposant notamment une histoire d'amour sans intérêt entre les personnages d'Emily Blunt et Colin Hanks (oui, le fils de).
Hanks junior s'en tire à merveille dans le rôle du type transparent. Rôle de composition ou non ? On lui laisse le bénéfice du doute. Et c'est l'éclate totale lorsque son personnage doit rendre des comptes à un père carriériste et affligé par le monde du spectacle, celui-ci étant incarné par... Tom Hanks. Le face-à-face entre les deux hommes est très mignon et truffé de doubles sens plutôt cocasses. Mais le film ne serait rien sans un John Malkovich des grands jours, qui s'amuse à en faire des caisses dans un rôle qui appelle les excès en tous genres. Toupet, dents bien blanches, répliques toutes faites qu'il ressasse dans chaque ville où il atterrit (« I love this town »)... Sa prestation est savoureuse et pas si évidente, puisqu'il parvient à mettre de l'émotion dans ce qui aurait pu n'être qu'un personnage foutrement ridicule. La fin est bien vue et laisse sans nul doute une impression positive dans le coeur des 437 privilégiés qui auront eu le temps d'aller découvrir cette jolie rareté dans une salle parisienne.




Mister showman (The great Buck Howard) de Sean McGinly. 1h30. Sortie : 22/07/2009.
Critique publiée sur Écran Large.

9 commentaires sur “MISTER SHOWMAN”

Pascale a dit…

Bonjour.
Qué connerie !!!
Je le crois pas.
Font chier.
AU revoir.

Rob Gordon a dit…

Quel joli télégramme.

Bad Taste a dit…

Je suis fou amoureux d'Emily Blunt.
Ce film sera mien en dvd.

Rob Gordon a dit…

Touche pas à Emily, binoclard.

Bad Taste a dit…

Je suis amoureux d'Emily depuis que je l'ai découverte dans My summer of love AU CINEMA tchi tcha !
Pouvez-vous dire mieux, Môôôôôsieur ?

Rob Gordon a dit…

Ex aequo, charognard.

Bad Taste a dit…

Je suis certain de l'avoir vu avant toi.
Saligaud.

Pascale a dit…

Pardon.
Je dérange.
Stop final.

Hyacinthe a dit…

Mouais, perso, la bande-annonce de ce film ne m'a pas donné envie d'en voir plus...
Par contre, en effet, moi aussi j'ai découvert E. Blunt dans My Summer of Love, vu un été pendant la fête du ciné (je m'en rappelle encore, c'était à l'UGC de Nantes, et en VO! -assez rare pour ce cinéma), vraiment superbe. D'ailleurs, il faudrait que je le revoie...

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz