23 août 2009

L'INVESTIGATEUR

Les fascinants György Pálfi (Hic, Taxidermie) et Béla Tarr (L'homme de Londres) mis à part, il est rare que le cinéma hongrois parvienne à atteindre les écrans français. Cet Investigateur-là devait donc être singulier, tordu ou les deux à la fois, condition nécessaire pour qu'un distributeur décide de l'exporter. À ce titre, il y a sans doute de quoi être déçu, puisque le film d'Attila Gigor, s'il n'est pas dénué d'originalité, n'a pas vraiment de quoi faire grimper aux rideaux. Il repose néanmoins sur un postulat rarement utilisé, le fameux « mais qui est le meurtrier ? » étant ici remplacé par un « mais qui est le type que j'ai tué ? » moins habituel et plus amusant. On ne voit pas tous les jours un film où le tueur et l'enquêteur sont une seule et même personne...
La résolution de l'affaire n'a rien d'extrêmement renversant, histoire d'héritage et de secrets de famille déjà traitée dans mille autres films et romans noirs. Le traitement, lui, est moins habituel, puisque Gigor n'hésite pas à passer plus d'une fois par la case surréalisme, ce qui ne fait guère avancer l'intrigue mais offre une stimulation inédite. C'est ainsi que le crabe figurant sur une brochure contre le cancer se met à prendre vie, que les cadavres viennent donner leur avis sur la progression de l'enquête, et que tous les protagonistes - suspects comme témoins - se retrouvent à participer activement à une conférence destinée à aider notre investigateur... Tout ceci est si bien dosé, dans le nombre de séquences comme dans leur longueur, qu'il y a réellement de quoi y prendre du plaisir.
Dommage que ces jolies propositions ne soient pas relayées par une mise en scène plus dynamique et moins crasseuse que celle proposée : le gros grain de l'image fait penser à un vieux Derrick alors que le film nourrit visiblement davantage d'ambitions que cela. Mais l'acteur Zsolt Anger est formidable en Philip Marlowe magyar et l'ambiance noire et amusante font oublier les quelques défauts de cet Investigateur un peu long mais assez bon.




L'investigateur (A nyomozó) d'Attila Gigor. 1h47. Sortie : 19/08/2009.
Critique publiée sur Écran Large.

2 commentaires sur “L'INVESTIGATEUR”

FredMJG a dit…

ça devient à la mode non ? après Que diable avons nous fait cette nuit chez les bad trippers...
Bon, ça donne envie à part sans doute l'allusion à Derrick, j'espère qu'ils ne mettent pas 6 plans à ouvrir ou fermer une porte, je suis en manque de sommeil :o)

Rob Gordon a dit…

Nan nan, ça va, c'est plutôt pas trop lent comme film.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz