8 août 2009

LA CÁMARA OSCURA

La laideur est tout de même un sujet fascinant, surtout lorsqu'elle est si extrême qu'elle en devient monstrueuse. Sans aller jusque là, Maria Victoria Menis s'intéresse de près à une jeune femme dont tout le monde s'accorde à trouver le physique ingrat, racontant sa vie de calvaire et sa façon de négocier une éventuelle porte de sortie. La cámara oscura avait à peu près tout pour être un film d'auteur réussi, à commencer par un thème fort ; alors pourquoi est-ce la fadeur qui prime ? On a la désagréable impression que la réalisatrice prend des gants afin de ne pas blesser son héroïne, la ménageant sans arrêt comme pour ne pas l'abimer. Quand on aime un personnage au point de ne pas vouloir lui faire de mal, les affaires sont bien mal embarquées. Interprétée par une actrice vraiment pas assez repoussante pour le rôle (une paire de grosses lunettes sur le nez ne suffit pas à représenter la laideur), Gertrudis n'est jamais vraiment crédible, et son effacement est juste horripilant.
Devenant rapidement prisonnier de son sujet, La cámara oscura ressemble parfois à un non-film : impossible de filmer correctement le personnage principal, puisque Gertrudis est toujours planquée ou totalement figée. L'ennui prime très rapidement ; on souhaiterait que l'héroïne réagisse ou que ses proches soient plus méchants, histoire que quelque chose se produise à l'écran, mais ça n'est jamais vraiment le cas. Le scénario va même plus loin dans la platitude, reprenant maladroitement la citation d'Oscar Wilde : « La beauté est dans l'oeil de celui qui regarde ». Entre alors en scène un photographe français, dont les oeuvres sont incomprises et méprisées par tous les proches de Gertrudis. Elle seule y trouvera un intérêt et y puisera la véritable beauté... Et, comme une mauvaise parodie de Tim Burton, chabadabada, notre photographe ira lui aussi au-delà des apparences et appréciera sa beauté intérieure. Il ne manque plus que les violons pour que le tableau soit complet.
On pourra tout de même sauver de La cámara oscura quelques images fortes même si insuffisamment travaillées. La scène de la photo de famille, reprise sur l'affiche, est plutôt réussie. Tout comme la description des balbutiements artistiques du photographe, qui découvre son propre art et n'a de cesse de le réinventer - nous sommes à la fin du XIXè, et tout reste à découvrir. Le film n'ira malheureusement pas plus loin, victime de sa propre bien-pensance.




La cámara oscura de María Victoria Menis. 1h26. Sortie : 29/07/2009
Publié sur Écran Large.

3 commentaires sur “LA CÁMARA OSCURA”

Pascale a dit…

Je ne suis pas d'accord.
L'entourage de Gertrudis est pire que méchant. Il l'ignore totalement. Elle est oubliée comme un objet.
C'est vrai qu'elle a certains talents qu'elle aurait pu mettre en oeuvre au lieu de s'enfermer ainsi.
Mais les images sont tellement -et pas inutilement- somptueuses et la fin m'a vraiment réjouie.


T'as vu ta phrase MDR :
On a la désagréable impression que la réalisatrice prend des gants afin de ne pas blesser son héroïne, la ménageant sans arrêt afin de ne pas la blesser.

Rob Gordon a dit…

Ah ouais quand même... Même quand je me relis, je continue à écrire des bêtises.

De toute façon, quand on s'appelle Gertudis, y a pas de salut possible.

Carla a dit…

Un film qui promet bcp et ne tient aucune de ses promesses en effet, une grosse déception en ce qui me concerne. Le genre de film qui donne envie de secouer tout le monde en leur disant "mais bon dieu pourquoi massacrez-vous une si bonne idée ?". L'image, moche, trouble, ne rend pas justice aux magnifiques paysages de la pampa, les personnages qui entourent Gertrudis adultes ne tiennent pas la route (alors qu'en qq images, père et mère avaient une vraie consistance dramatique), les incursions dans l'imaginaire de Gertrudis ou les souvenirs du photographe français tombent à plat. On est dans le cinéma d'auteur dont j'ai horreur, genre "regardez tout ce que je sais faire avec une caméra et de l'animation"...

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz