4 juil. 2009

WHATEVER WORKS

Il fallait être bien naïf pour s'imaginer que Woody Allen ne remettrait plus les pieds à New York après ses escapades anglaises et espagnoles. Parce qu'on ne se coupe pas aussi facilement de ses bonnes vieilles habitudes, Woody revient donc dans son Manhattan chéri le temps d'un marivaudage typique de son cinéma, qui rappelle à la fois Annie Hall et Anything else. C'est dire l'universalité de ce film... et son peu d'originalité aussi. Car bien qu'excellemment dialogué et souvent très vif, Whatever works sent clairement la redite et n'apporte rien de supplémentaire à l'oeuvre du maître. Cela ne veut pas dire que le film n'est pas bon ; c'est même une comédie plutôt drôle et assez enlevée. Simplement, c'est un Allen mineur, ce qui est toujours agréable mais pas essentiel.
Le film se distingue cependant par le choix de son interprète : écrit il y a trente ans pour Zero Mostel, le rôle de Boris Yelnikov a finalement été attribué à Larry David. C'est finalement la première fois qu'un double allenien est presque aussi vieux que l'original, alors qu'Allen choisit traditionnellement des trentenaires pour lui servir de porte-voix. Excellent choix que celui de David, qui confirme contrairement à ce qu'il affirme qu'il est un véritable acteur. Il n'est de toute façon pas perdu, puisque Yelnikov ressemble d'assez près au héros de la fabuleuse série Curb your enthusiasm (Larry et son nombril en VF), lui ausi taciturne et angoissé... David est l'attraction numéro 1 du film, son humour désabusé se fondant à merveille dans l'univers du cinéaste. Face à lui, une Evan Rachel Wood qui a dû beaucoup travailler pour avoir l'air candide voire un peu idiot : prodigieuse comme toujours, elle rappelle - en moins excessive - la Mira Sorvino de Maudite Aphrodite.
C'est principalement grâce au duo d'acteurs - et à quelques autres, dont une Patricia Clarkson déchaînée - que l'on passe un moment fort plaisant bien que pas révolutionnaire. Les dialogues font mouche mais ne parlent quasiment que du couple ; passé le postulat de départ, les situations sont finalement assez anodines, même si la description rigolarde d'un curieux ménage à trois prouve l'éternelle inventivité de Woody. Celui-ci n'a sans doute plus le jus nécessaire pour nous pondre des chefs d'oeuvre, mais on signerait volontiers pour pouvoir se repaître encore dix ou vingt ans d'une fantaisie annuelle comme celle-là. Un petit Allen vaudra toujours mieux que bien d'autres films de tous horizons.




Whatever works de Woody Allen. 1h32. Sortie : 01/07/2009.
Autre critique sur Une dernière séance ?.

10 commentaires sur “WHATEVER WORKS”

catali a dit…

ha! Rob! enfin un point de vue qui ne soit pas dythirambique!
cet Hallen là m'a ennuyé à quelques sourire près.
La redondance de que vous notez ne m'a pas échappée et ça m'a foutu le moral dans les chaussettes.
Et dans cet état,j'étais pour le coup, très Hallenienne!

Pascale a dit…

Comparé au déplorable "Vicky.." celui-ci est un chef d'oeuvre !
J'ai adoré, c'est du Woody comme je l'aime.
S'il zozotte ou se répète, j'en redemande encore mais je trouve qu'il en est loin et se renouvelle toujours.
Ne serait-ce que parce que brusquement l'amour a l'air heureux. Si c'est pas nouveau ça ?


Si je puis me permettre votre honneur, ces deux énorme colonnes vides de chaque côté : bof !
Sinon, le reste c'est top !

pretatourner.com a dit…

Il y a certes des redondances, et certains passages qu'on aurait aimer écourter.

Le rapport à la Liberté y est cependant traité sous un angle intéressant.
La peur que les uns et les autres ont d'écouter leur Liberté, leurs désirs, est assez bien communiquée.

Voisin Blogueur a dit…

Je suis assez réservé sur ce Woody. Un peu décu même par rapport aux derniers sortis qui avait vraiment donné un coup de jeune...Oh damn, la déco a changé ici !! Le changement fait du bien mais ,si je peux me permettre,je suis pas fan des "lire la suite"...du coup on a plus la note des films direct et c'est relou de cliquer grrrr :p

Rob Gordon a dit…

Alors bon :
les deux colonnes seront peut-être un peu élargies mais pas trop, pensons à nos amis qui ont des écrans pourris avec une résolution merdique (j'en connais).
Quant au "lire la suite", j'en avais envie depuis longtemps. Ça raccourcit la page. Et ça oblige à cliquer,, si j'étais rémunéré au clic je te raconte pas le profit...

Voisin Blogueur a dit…

Je fais partie de ceux qui ont une résolution naze haha. Un élargissement me fera donc plaisir :p

Pour le "lire la suite", je suis d'accord que c'est bien pour une page plus compacte mais je n'aime pas cliquer, mettre la note en haut sans qu'on clique permettrait une vue d'ensemble :p Enfin bon je dis ca pour mon confort perso, je suis chez toi ici héhé.
Moi je epux me faire du blé avec le "cliquez pour voir la suite" mais je m'y refuse car je trouve que ca ne va pas avec mon design. Un jour peut-être, en attendant je mange des pates ;)

Rob Gordon a dit…

Je blaguais, concernant la rémunération... Je n'ai jamais touché un centime pour ce blog, et crois bien que ce n'est pas le but.

Pour la note, je vais y réfléchir. Mais j'avoue ne pas trop avoir envie de changer. D'autant que ça plait aux anti-notes.

Rob Gordon a dit…

Après une longue et intense réflexion, et suites à d'autres remarques fort judicieuses, j'ai cédé. J'espère que ça convient à tout le monde...

Voisin Blogueur a dit…

J'aime beaucoup l'allure actuelle :p

Rob Gordon a dit…

Tu m'en vois ravi.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz