2 juil. 2009

REBELLE ADOLESCENCE

Voilà encore une jolie sortie technique, exhumation d'un film tourné il y a des plombes et distribué au début de l'été pour respecter quelques obscurs quotas. Datant de 2005, Rebelle adolescence - nouveau candidat pour le titre français le plus pourri de l'année - ne doit en fait sa sortie qu'à la notoriété montante de son héroïne Ellen Page, qui se fit connaître depuis en castrant du pédophile dans Hard candy et en buvant du Sunny delight dans Juno - enfin, pas tout à fait du Sunny Delight, mais il y a quelques spécialistes parmi mes lecteurs qui pourront peut-être apporter quelques précisions fort utiles sur les jus de fruits acidulés. Alors âgée d'à peine 18 ans, miss Page incarne ici une adolescente marginale qui fuit le cocon familial et finit par rejoindre Spark, une sorte de groupuscule fait par des jeunes pour des jeunes afin de se trouver une raison d'être et d'échapper à une société qu'ils ne comprennent pas. Pour être acceptés par le groupe, nos ados doivent suivre quelques règles assez troubles, et respecter à la lettre le contrat qu'ils se sont fixés. Tout ça pour découvrir au final que Spark, derrière son apparence de jolie colonie de vacances, cache des torrents de haine et de violence.
À vrai dire, on ne saisit jamais vraiment les intentions d'un scénario qui parle d'embrigadement mais ne sait visiblement pas comment ni pourquoi. Spark pourrait être une secte, mais ça n'est pas vraiment ça ; son chef pourrait alimenter de noirs desseins et utiliser ces jeunes paumés dans un but précis, sauf que pas vraiment ; on navigue à vue tout le long du film sans comprendre ce que veut dire Alison Murray, et c'est fort dommage. Car la réalisatrice fait preuve d'une vraie inventivité lorsqu'il s'agit de compenser un criant manque de budget par tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à du système D. On sent même que c'est lorsque les moyens se font les plus limités que le film parvient à toucher une sorte de grâce, terriblement éphémère mais à l'émotion non feinte. Dans le no man's land perpétuel qui sert de décor aux atermoiements des personnages, Murray compose de temps à autres des plans d'une beauté fulgurante et marqués du sceau du talent. Il est d'ailleurs étonnant qu'elle soit pour ainsi dire portée disparue depuis 2005 : son style fait d'urgence et de sensations instantanées a quelque chose de fascinant.
Dommage que ces quelques belles promesses soient donc diluées dans un fond d'une vacuité mortelle. Très vite on comprend que la dramaturgie de Rebelle adolescence passera par quelques drames bien glauques et prétendûment surprenants, comme si un tel sujet ne supportait pas la finesse. Plus encore qu'un film comme La vague, qui exploitait récemment les débordements dus à l'obession du tout collectif, le film d'Alison Murray a tout d'une dissertation plutôt médiocre, où l'auteur brûle les étapes et enquille les étapes de son raisonnement sans même avoir pris le temps de poser sa problématique. Reste une Ellen page étonnante, cassant en mille morceaux sa future image d'icône in pour teenagers déjà bobos. Une scène aussi simple que celle où elle se fait raser le crâne - ou une partie du crâne - est à la fois impitoyable et sensible, ce que le film peine malheureusement à être sur la durée.




Rebelle adolescence (Mouth to mouth) d'Alison Murray. 1h41. Sortie : 01/07/2009.
Critique publiée sur Écran Large.

6 commentaires sur “REBELLE ADOLESCENCE”

Pascale a dit…

J'en peux plus des ados...

et Ellen Page, mouais bof !

Anonyme a dit…

Pas du tout d'accord avec vous! Le film a, certes quelques faiblesses mais dans l'ensemble il est très intense et juste. Quant à Ellen Page, comment peut-on utiliser "bof" pour la décrire? Elle est incroyable, comme toujours...

Rob Gordon a dit…

Comment peut-on utiliser "bof" pour la décrire ? C'est très simple. Il suffit de taper sur la touche B, la touche O, puis la touche F. Je ne vois pas en quoi c'est impossible.

Pascale a dit…

Je peux même taper les touches
M
A
U
V
A
I
S
E
.

Anonyme a dit…

c fou comment les gens font que critiquer quoi abusée je peut aussi tapper les touches
E
M
M
E
R
D
E
U
R

Anonyme a dit…

Ellen Page a beaucoup de talent c'est certain. on peut ne pas aimer ce qu'elle joue mais on ne peut pas nier qu'elle a du talent.(préstation remarquable dans Hard Candy.)
malgré les nombreuses critiques négatives que j'ai pu lire je compte bien voir ce film.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz