25 juil. 2009

NO PASARAN

Annoncé dans le dossier de presse comme un « sud-ouestern avec des héros dopés à la graisse de canard » et son affiche colorée, No pasaran pouvait faire sacrément envie. Jeu de massacre ou délire loufoque, toutes les pistes étaient envisageables pour le premier long d'ric Martin et Emmanuel Caussé. Avec sa voix off décalée - on ignore encore à quel point - et sa façon de transformer sans en rajouter un village du sud-ouest en décor de western, le premier plan donne d'ailleurs envie de se frotter les mains. Beaucoup d'espoirs pour au final pas grand chose, voire rien du tout : ne tenant jamais la moindre de ses promesses, No pasaran passe totalement à côté de son sujet, de ses envies et des nôtres.
Du genre western, les deux réalisateurs n'ont apparemment retenu que les phases d'attente au cours desquelles les protagonistes se jaugent en silence. Dans ces moments-là, si l'adrénaline monte, c'est parce qu'on sait que le premier coup peut partir à tout moment. Dans No pasaran, il ne partira jamais, nous laissant dans une désespérante position d'attente jusqu'au générique de fin ou presque. À la place du spectacle espéré, quelques maigres gesticulations autour d'un tronçon d'autoroute amené à défigurer le paysage et à passer dans le salon du héros, un brave éleveur de cochons vivant seul avec sa vieille tante. La révolte contre les élus aurait pu faire du dégât si elle ne se jouait pas à coups de vidéos amateur et de fausses signatures. Voilà où se situe le niveau du film : il nous annonçait du terroir, de l'authentique et du décalé, mais use finalement des mêmes ficelles que tout mauvais téléfilm.
Seuls quelques acteurs parviennent à apporter un peu d'énergie et de bonne humeur dans ce sommet d'ennui. Il est assez rigolo, au début en tout cas, de voir Bernard Blancan prend l'accent du sud-ouest. Tout comme on s'amuse en écoutant Élodie Navarre jouer les américaines... L'actrice prend un plaisir communicatif à jouer cette femme fatale sortant de l'ordinaire et faisant fantasmer les villageois de tous âges. On sera plus nuancé sur la prestation de Rossy de Palma, qui semble comme souvent se reposer uniquement sur son physique hors du commun. Affublée d'une perruque ridicule, elle bouge dans tous les sens pour se donner une contenance mais ne fait que rendre un peu plus navrant un film pas totalement antipathique, mais en tout cas généreusement raté.




No pasaran d'Emmanuel Caussé & Éric Martin. 1h28. Sortie : 15/07/2009 (Grand Sud-Ouest), 02/09/2009 (France).

18 commentaires sur “NO PASARAN”

Pascale a dit…

Pfff, Bernard Blancan EST du sud-ouest... c'est quand il part sans accent qu'il doit bosser !

Anonyme a dit…

C'est dommage d'être passé à côté...
laurence

NO PASARAN a dit…

Hey, Rob Gordon, en général, quand on va au cinéma, c'est pour y regarder le film, et pour l'écouter aussi.
Pas un mot sur une musique originale qui est plutôt un petit chef d'oeuvre dans le plus pur style "sud-ouestern"... ni sur les décors "naturels"...
Quant au développement de l'intrigue, il y a certainement du "culturel" là-dedans, un peu comme l'accent de Blancan ou les gesticulations de Rossy...
Et un culturel qui n'est peut-être pas à la portée des parisiens...

Rob Gordon a dit…

Ça, c'est fair-play.
Déjà, généraliser sur "les parisiens" alors qu'un seul type dit du mal du film, ça ne me donne pas vraiment envie de débattre.
Oui, certes, la musique est très bien, et les décors sont jolis... mais ça ne suffit pas à faire un film qui tienne la route, désolé.

NO PASARAN a dit…

Désolé aussi, mais pas question de fair-play quand il y a "démolition gratuite" du film en question, surtout lorsqu'il est écrit "mauvais téléfilm" !!!
Il s'agit certes d'une première oeuvre cinématographique, avec ses qualités et ses défauts, mais quoique vous en disiez, non seulement le scénario se tient d'un bout à l'autre du film, pour une fois où on peut voir une comédie avec une vraie écriture, et les effets comiques ou dramatiques fonctionnent...
Rob Gordon, avez-vous vu beaucoup de salles de cinéma applaudir à la fin d'une projection ?
Il est vrai que ces salles ne se situent que dans le Sud-Ouest pour l'instant, et c'est pour cela que je pense que votre "analyse" est culturelle...
De plus, vous n'êtes pas le seul "parisien" à avoir exprimé des avis aussi négatifs et peu contrastés, et je crois qu'on peut s'attendre au pire le 2 septembre prochain... (le parisien étant par essence un consommateur-spectateur blasé et superficiel qui peut passer à côté de bien des choses simples, mais profondes)
Sinon, voilà, pour moi, le film, sans être un "GRAND" film, tient très bien la route pour une comédie, et pour une comédie tout public qui plus est.
Bien cordialement à vous,
Jérôme HOTTA

Rob Gordon a dit…

Pour résumer, les "parisiens" sont des cons sans sentiments, et seuls les gens du sud-ouest ont une âme.
Si les réalisateurs ont fait un film qui ne parle qu'à un quart de la France, c'est de leur faute, que je sache, et sûrement pas la mienne.
De toute façon, nous les gens blasés et superficiels, nous ne méritons pas ce film, si j'ai bien compris. Si c'est le message que souhaite faire passer No pasaran, je suis absolument ravi de faire partie des gens qui ne l'ont pas apprécié.

Jérôme HOTTA a dit…

Ravi aussi de savoir qu'il ne plaît pas à tout le monde...
Mais ce n'est pas parce-qu'une oeuvre ne plaît pas à ce "blasé et superficel" de Rob Gordon, qu'elle est forçément "mauvaise" selon son goût, tout simplement parce-que c'est un mauvais critique de cinéma, ou un mauvais critique tout court...
Pour ma part, je suis absolument ravi de faire partie des gens qui n'apprécient pas votre façon de faire... et je pense que vous devriez même vous lancer dans la réalisation afin que l'on puisse peut-être apprécier un jour le film "parfait" !

Rob Gordon a dit…

Ça faisait bien 15 jours qu'on ne m'avait pas servi l'imparable argument « faites donc un film avant de dire du mal des autres ». Je crois que quand on en arrive là, tout est dit.

Florianl a dit…

Sinon je veux bien te co-produire si tu te lances dans la réal et si Sandra est au scénario bien-sûr ! ^^

Rob Gordon a dit…

À condition qu'on fasse un film qui ne parle qu'aux parisiens, comme ça on pourra insulter les sales provinciaux demeurés (pléonasme) qui n'y sont pas sensibles.

http://nopasaran.blogs.fr a dit…

Ça y est, je vois le niveau : à peu près équivalent à la critique du film, c'est-à-dire, hélas, bien en-dessous de zéro...
Sinon, je pense que tu sais ce qu'ils te disent "les deumeurés" !!!
Et je ne sais pas si tu es une référence en matière de cinéma, mais de toute façon, vu la quantité phénoménale de navets qui trouvent des producteurs aujourd'hui, tu trouveras certainement ta place sans difficultés (surtout que ce sont les chaînes qui produisent aujourd'hui, avec le fric des autres... et donc tu pourras peut-être faire un "bon" téléfilm)
Au plaisir de ne plus lire tes déjections...

Hyacinthe a dit…

Bon, ça va peut-être aller là... Faudrait peut-être se rendre compte que la discussion tourne en rond ! Ça sert à rien de revenir troller sur le sujet !

Rob, je pense que tu peux désactiver les nouveaux commentaires sur ce billet, je pense que plus rien d'intéressant ne sera dit ici... :|

RrrRr a dit…

Bonjour,

Mais si cela peut être intéressant.
Je suis d'accord avec Jérôme Hotta pour dire que la musique est un excellent cache-misère de ce premier essai.
La question principale est surtout : Est-ce que toutes les histoires valent le coup d'être racontées ?
Celle-ci, de mon humble avis de spectateur que j'ose espérer exigeant, ne m'a rien apporté. Un film si il ne comporte pas une vague histoire basée sur une astuce ou juste un hommage peu discret, doit au moins donner "envie de" quelque chose.
Je ne serai pas méchant, sauf si on m'y pousse, No Pasaran est un premier film et je souhaite le meilleur pour la suite des deux réalisateurs, mais là, non. On dirait un choix post-DanyBoonesque et le film n'intéresse pas des masses, soyons francs.
Etre agressif ou refuser la critique même négative n'est pas la meilleure chose qui soit.
Et très honnêtement je trouve que Rob a été plus que gentil avec ce film.
Cordialement.

joël a dit…

Alors apparemment vous n'avez pas aimé !
Nous on aime tellement le film ici que l'on ne peut s'empêcher de le faire aimer.
Nous n'avons pas le même humour !
Let's Go Mon Poussin.

http://www.no-pasaran.fr/
Bon allez, la sortie est pour le 2 septembre

Joel a dit…

La plupart des autres critiques sont plutôt bonnes.
Rob Gordon alias Thomas Messias n'aime toujours pas.

La revue de presse No Pasaran
http://www.no-pasaran.fr/nopasaranmedipresse.htm

Joël a dit…

Si je me trompe dans le lien
c'est pas bien !
http://www.no-pasaran.fr/nopasaranmediapresse.htm

Rob Gordon a dit…

Oh mon Dieu il cite mon nom ! Je tremble !

"La plupart", "la plupart" : tout est relatif...

Anonyme a dit…

Que dire ? Je viens de voir le film en DVD, j'ai passé un super bon moment. Je n'en demande pas plus au cinéma.
Un étoile et demi comme critique ici, pourquoi pas ? Quand on voit que Rob Gordon met quatre étoiles aux films de Desplechin, sa critique ne m'étonne pas et son site est à l'image du réalisateur qu'il admire. Une belle merde.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz