18 juil. 2009

BLACK

Les distributeurs américains ne sont pas les seuls à profiter de l'été pour nous balancer les films dont ils ne savent pas quoi faire. Il en va de même pour ce Black terminé depuis au moins 2 ans, sans cesse repoussé dans l'agenda des sorties, et qui finit par atterrir au beau milieu de ce mois de juillet, à la faveur d'une jolie sortie technique. Black vaut pourtant un peu mieux que cette distribution bien discrète (une quarantaine de salles) : cette comédie d'action hors norme a par exemple plus de gueule que bien des productions Europa. Le film de Pierre Laffargue possède un charme qui lui vient d'une étrange opposition entre des scènes d'action parfaitement exécutées et des séquences incontestablement foireuses, qui donnent dans la comédie plus ou moins volontaire sans que l'on sache jamais si c'est du lard ou du cochon.
Laffargue se fait son mini Braquage à l'anglaise, démarrant par la chronique rigolarde d'un braquage forcément foireux, puis embrayant assez rapidement sur une affaire d'état mêlant diplomates sénégalais et chasseurs de primes. Le tout se terminera dans une dernière demi-heure inattendue, plus proches des contes et légendes africaines que du pur divertissement proposé au départ. C'est d'ailleurs ce changement de genre incessant qui finit par rendre le film assez agaçant, puisqu'il donne l'impression de ne pas savoir où aller ou de ne pas être assez inspiré pour persister dans une direction unique. Sachant que le film dure pas loin de deux heures, il y a de quoi terminer sur les genoux.
Black séduit en fait par sa bonne humeur quasi permanente et par l'auto-dérision dont il fait preuve. Surtout lorsqu'on sait que beaucoup de mercenaires sont interprétés par de vrais mercenaires et que pas mal d'autres acteurs ont été choisis sur les lieux du tournage.
Mais l'attraction numéro 1 du film est sans doute Charles M'Bouss, plus connu sous le nom de Mc Jean Gab'1. L'interprète provocateur d'un J't'emmerde ayant réussi à le fâcher avec l'ensemble du rap français est ici parfaitement à son aise, usant de sa grosse voix comme d'un véritable atout. Pas sûr qu'il soit capable d'assumer des rôles plus fins, mais il révèle en tout cas de vraies dispositions d'acteur. Aussi crédible dans le buddy movie - avec une bien jolie fliquette - que dans le mysticisme le plus complet, il insuffle une énergie tonitruante à ce film bancal, mal ficelé, trop long, mais d'une sincérité souvent réjouissante.








Black de Pierre Laffargue. 1h55. Sortie : 15/07/2009.

Laissez le premier commentaire sur “BLACK”

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz