19 juin 2009

Top 5 : Vincent Elbaz

Cette semaine, Vincent Elbaz drague la baby-sitter (et on le comprend) dans Tellement proches.



Top 5 des films avec Vincent Elbaz

01. LLe parfum de la dame en noir (2005)
Le cocktail Bruno Podalydès - Gaston Leroux fonctionne à plein régime dans cette deuxième aventure de Rouletabille qui, sans sacrifier les intrigues tordues du romancier, est pleinement axée sur l'anecdote et la fantaisie. Au coeur de cette galerie de personnages illuminés et souvent empreint sde poésie, le prince Galitch interprété par Vincent Elbaz est sans doute le plus fêlé. Un spectacle réjouissant, remède intelligent contre la médiocrité ambiante.


02. Embrassez qui vous voudrez (2002)
Jean-Claude Dusse a bien grandi : pour son quatrième film, Michel Blanc confirme qu'il est non seulement un auteur brillant mais aussi un metteur en scène de choix. Adaptant le pavé de Joseph Connolly, il livre un film choral vif et alerte, mais surtout terriblement vachard, qui met le doigt avec précision sur nos petites blessures quotidiennes (et surtout estivales). Le casting est énorme et parfait.



03. Le péril jeune (1995)
Quinze ans après sa diffusion télé et sa sortie ciné, Le péril jeune est devenu une vraie oeuvre culte, peu ambitieuse il est vrai, mais trouvant le ton juste pour décrire l'adolescence rebelle et potache de quelques garçons pleins d'avenir. Bourré de scènes mémorables et de répliques inoubliables, il atteint aussi des sommets de mélancolie lorsqu'il s'agit d'évoquer le décès prématuré de leur pote Tomasi. Dans le rôle de Chabert, le plus gamin de la bande, Vincent Elbaz se révèle.


04. Petits désordres amoureux (1998)
Pour Olivier Péray, ce petit film méconnu est malheureusement resté sans suite. Petits désordes amoureux est pourtant un marivaudage assez délicieux et terriblement moderne, une odyssée de la drague terriblement cynique mais pas dépourvue de romantisme. Le duo Elbaz - Putzulu fonctionne à plein régime et nous fait même gober le dénouement un rien tiré par les cheveux - voire complètement inutile - qui ne gâche finalement pas le plaisir.


05. Grève party (1998)
Avant de faire Camping, Disco, Barbecue, Tuning et Raclette, Fabien Onteniente avait commencé sa carrière autrement qu'en étirant à l'envi de minuscules pitchs. Témoin ce Grève party formellement assez laid, mais qui témoigne d'une belle envie d'en découdre avec les vilains exploitants et dépeint la beauté des journées de grève, où le système semble éteint. Utopique et naïf, voilà un film ô combien sympathique, soufflant un vent d'espoir et bénéficiant d'un casting bourré de mecs qu'on aime bien.

3 commentaires sur “Top 5 : Vincent Elbaz”

Pascale a dit…

Toi aussi t'aimes bien les jeunes filles pré-pubères ?

Foxart a dit…

Jamais été très fan de cet acteur mais mon top 5 sera de toutes façons radicalement différent du tien:

1/ Ni pour ni contre (bien au contraire)
2/Peut-être
3/Les randonneurs
4/La parenthèse enchantée
5/La vérité si je mens

Ceci expliquant peut-être pourquoi je ne suis pas fan du gars. peu de bons choix...

laternamagika a dit…

La baby-sitter en question est jouée par Lizzie Brocheré, qui avait été une sublime révélation dans "Le Chant des mariées" de Karine Albou.

Vincent Elbaz, je l'aime bien ne général, même dans ces films bidons comme il en a accumulé pas mal. Je retiendrai principalement moi aussi les Klapisch et Les Randonneurs. Et j'adore au delà du raisonnable La Parenthèse enchanté. Il y est excellent d'ailleurs.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz