8 juin 2009

TERMINATOR RENAISSANCE

Après la comédie signée Jonathan Mostow, les fans attendaient qu'un réalisateur digne de ce nom offre une vraie suite aux deux Terminator de James Cameron, monuments d'actioner SF qui n'ont pas pris une ride (enfin, surtout le 2). Ça semblait bien mal parti avec l'arrivée sur le projet de McG, gentil clippeur responsable des agaçants et colorés Charlie's angels. Et l'on se demandait clairement ce qu'allait devenir la série après l'annonce de l'absence (physique) d’Arnold Schwarzenegger, parti gouverner (et faire couler) la Californie. Finalement, Terminator renaissance porte plutôt bien son titre français, donnant un habile coup de jeune à la franchise en repartant sur d’autres bases sans violer le matériau d’origine. Rien de révolutionnaire dans tout ça, d’autant que l’audacieuse fin prévue pendant des mois a finalement été remplacée par un dénouement plus prévisible, mais le film de McG a de la gueule et promet de jolis moments dans la suite de ce qui devrait constituer une nouvelle trilogie.
Le gros défaut du film est sans doute son manque de personnalité : croulant sous une demi-tonne d’influences diverses et variées, T4 est loin d’être aussi innovant que l’était le deuxième épisode en son temps. Heureusement, les références choisies ont de la gueule : Mad max, Ghost in the shell, La route, Les fils de l’homme, Le jour des morts-vivants… et Transformers, canard boîteux du lot. Les scénaristes ont brodé un road movie souvent dépouillé, sauf quand les machines pointent le bout du nez et dévastent tout sur leur passage. Là, McG s’éclate à coups de longs plans-séquences tortueux et chiadés, qui nous impliquent dans l’action mieux qu’en caméra subjective. Si on n’avait pas déjà vu ça chez Cuaron, ça semblerait génial et original.
Le véritable héros de Terminator renaissance n’est pas John Connor / Christian Bale, mais Marcus Wright / Sam Worthington, condamné à mort qui accepte avant son exécution de donner son corps à la science… en échange d’un baiser. Une première scène assez ratée, qui fait craindre un temps que le film ne soit qu’une bluette vaguement teintée d’action. Il n’en est rien : ça défouraille, ça s’agite, dans une mise en scène d’une imparable fluidité, aux couleurs entre sépia et nuances de gris. Les personnages errent dans un no man’s land assez déprimant, dont le film ne profite pas assez. Ces décors étaient propices à une véritable introspection ainsi qu’à une évolution convaincante des personnages ; malheureusement, on a vite fait le tour de Wright, malgré un Worthington convaincant. Le maladroit prologue a encore fait des siennes… Quant à John Connor, c’est devenu un militaire à la mâchoire serrée et à l’inébranlable détermination. Une machine humaine, en somme. De quoi regretter la fragilité de l’ado interprété par Edward Furlong. Tant et si bien qu’on se moque un peu de la fin, et qu’on n’a envie de voir un T5 que pour se manger deux heures d’action, et guère pour connaître la suite des évènements. Bref, ça aurait pu être bien pire, mais ça aurait pu être un peu mieux.




Terminator renaissance de McG. 1h48. Sortie : 03/06/2009.
Autre critique sur Sur la route du cinéma.

4 commentaires sur “TERMINATOR RENAISSANCE”

Did - Azur.fr.nf a dit…

Il faut que je le vois, merci pour la bonne critique. :-)

Pascale a dit…

ça aurait pu être nettement mieux.

Le Marcus est aussi bon qu'une endive à l'eau.

Le Christian se prend tellement au sérieux, qu'effectivement il desserre pas les mâchoires.

Et la fin, on s'en cogne grave,
mais grave !!

dePassage a dit…

Bsr Rob,
A propos de Schwarzy, y a un doc/film très sympa à regarder, Pumping Iron. Ca date des années fin 70, les gars ne se prennent pas au sérieux, et c'est drôle comme tout (qques extraits sur dailymotion, le 1er/générique donne le ton).
Aparté, bien vue la critique sur Home, vrai qu'ils nous gavent avoir leur morale écolo à 2 balles...
Enfin toujours un plaisir de parcourir votre blog.

Carla a dit…

Vu deux fois, avec bcp de plaisir. Oui, des faiblesses dans le scénario, d'autant plus évidentes à la seconde vision. Mais quand même : un bon rythme, des choix esthétiques qui me conviennent, des clins d'oeil au tout premier Terminator... En matière de blockbuster, et, surtout, de "suite" j'ai vu tellement pire...

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz