4 mai 2009

ROMAINE PAR MOINS 30

Il y a treize ans déjà sortait Romaine, compilation de trois courts mettant en scène l'héroïne créée et interprétée par Agnès Obadia et faisant état de ses rencontres, ses problèmes relationnels et ses mésaventures assez inattendues. Romaine n'a visiblement jamais quitté l'esprit d'Obadia, qui renoue avec elle pour un long-métrage marquant une sérieuse rupture côté forme, le fond (ou l'absence de fond) ayant en revanche peu évolué. Et voilà donc Sandrine Kiberlain, interprète aussi singulière mais beaucoup plus convaincante qu'Agnès Obadia. Et voilà aussi une vraie caméra, le style cracra de l'époque étant avantageusement remplacé par une esthétique plus classique et plus classe, qui tire parfaitement profit des paysages canadiens.
Le ton, lui, est resté le même : Romaine est toujours cette fille sans passion, sans élan, sans courage, qui se laisse porter par une vie riche en mauvaises surprises. D'où une comédie cocasse et rocambolesque, souvent inattendue à défaut d'être vraiment drôle, mais qui ne cherche de toute façon jamais à provoquer l'hilarité. Agnès Obadia et ses trois (!) coscénaristes préfèrent travailler le côté décalé de leur héroïne et des situations dans lesquelles elle s'engouffre. C'est léger, sans aucune (mais alors aucune) prétention, pas le genre de comédie qui hantera nos nuits pour longtemps. Ce que propose Romaine par moins 30, c'est du plaisir immédiat ou rien, et le spectateur a le choix : il peut apprécier le voyage ou s'emmerder copieusement, calquant son humeur sur celle d'une Romaine éternellement insatisfaite et perpétuellement blasée.
Reste donc la question de l'utilité d'une telle oeuvre, dont l'originalité n'est pas suffisamment prononcée pour attirer le public en masse, et dont l'ambition artistique n'a rien de démesuré. Au moins, le Romaine de 1996 bénéficiait de la crudité et de l'impudeur de sa scénariste, qui ne s'autorisait aucune limite question dialogues et qui n'hésitait pas à user et abuser de la nudité de ses personnages pour les rendre parfois attirants et surtout pathétiques. Ici on a l'impression qu'au contraire, la Obadia team s'est auto-censurée pour être certaine de produire un film entrant bien dans le moule et ne risquant pas d'être rejeté par les multiplexes. Une blague sur les hémorroïdes ici, une paire de seins là : c'est tout ce qui semble demeurer de l'Obadia d'alors, aussi débordante d'idées mais moins libre d'esprit que par le passé.




Romaine par moins 30 d'Agnès Obadia. 1h25. Sortie : 29/04/2009.
Critique publiée sur Écran Large. Autre critique sur Sur la route du cinéma.

3 commentaires sur “ROMAINE PAR MOINS 30”

Pascale a dit…

Je fais partie de ceux que ce film a crispé.
Heureusement, il y a Sandrine Kiberlain.

Contrairement à ce que tu dis et à ce que j'ai cru comprendre (je fais comme toi, je m'éclipse de la conférence quand un film ne m'a pas plu car ça me met mal à l'aise, la réalisatrice affirme que c'est un film de génération et que les trentenaires sont comme ça !!!

Cécile a dit…

Yes j'ai enfin trouvé le meilleur blog de cinoche qui ne met pas des 7/10 partout. Bravo et longue vie ;-)

Rob Gordon a dit…

Ça fait très très très (...) plaisir, mais je te conseille quand même de jeter un oeil sur mon blogroll, je suis loin d'être le seul...
Merci en tout cas. Juste avant d'aller se coucher, un bon petit compliment, c'est toujours bon à prendre.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz