17 mai 2009

MILLÉNIUM LE FILM - LES HOMMES QUI N'AIMAIENT PAS LES FEMMES

Difficile lorsqu'on n'a pas lu Millénium de comprendre quelle mouche a pu piquer les lecteurs de tous bords, les poussant à se ruer en masse sur cette trilogie suédoise mêlant crimes et affaires financières. Même s'il se dit que les bouquins de Stieg Larsson pâtissent d'une traduction française plutôt moyenne, le film de Niels Arden Oplev (qui, pour faire dans l'originalité, est danois) apporte de sérieux élements de réponse, tant il parvient à créer une atmosphère fascinante malgré une mise en scène relativement commune.
La force première de ce Millénium, et ce qui a sans doute fidélisé les lecteurs, c'est son duo de personnages principaux. D'abord Lisbeth Salander, investigatrice assez géniale mais pas vraiment comme les autres : gothique de chez gothique, placée sous tutelle auprès d'un gros porc qui la fait chanter, elle est insaisissable de part en part, à la fois impressionnante de froideur et touchante de fragilité. Grandiose prestation de Noomi Rapace (quel pseudo ridicule), qui impose sa présence magnétique à l'écran et donne envie de la suivre, encore et encore, dans d'autres livres ou d'autres films. Moins singulier mais presque aussi scotchant, le journaliste Mikael Blomkvist est de ces reporters obstinés et courageux, prêt à tout pour aller au bout de ses enquêtes. Le réalisme avec lequel il est décrit tranche avec le portrait noir et décalé de Lisbeth, si bien que le tandem qu'ils forment, d'abord à distance puis de façon plus intime, est en tous points fascinant.
Mais Millénium, c'est aussi et quand même une intrigue, complexe mais pas nébuleuse car exposée avec une vraie fluidité par un réalisateur n'ayant rien d'un génie mais s'acquittant très efficacement de sa tâche. Après une intro riche en informations mais étonnamment digeste, le film expose tranquillement son intrigue économico-meurtrière (surtout meurtrière). Une affaire assez classique de crimes en série, mais réellement bien menée et baignant dans une ambiance malsaine mais supportable, avec ses évènements sordides et ses anciens nazis. Si le film dure 2 heures 30 (ce qui ne se ressent pas vraiment), c'est parce qu'il n'oublie jamais de laisser de l'espace à ses deux héros, de dépeindre en détail leur détresse personnelle, de ne surtout pas en faire de simples enquêteurs mais bien des êtres de chair et de sang. S'il aurait pu devenir carrément génial dans les mains d'un metteur en scène plus confirmé - ou plus fêlé - que Niels Arden Oplev, Les hommes qui n'aimaient pas les femmes constitue une solide entrée en matière pour qui ne connaît pas l'univers de feu Stieg Larsson.




Millénium le film - les hommes qui n'aimaient pas les femmes de Niels Arden Oplev. 2h32. Sortie : 13/05/2009.
Autre critique sur Sur la route du cinéma.

5 commentaires sur “MILLÉNIUM LE FILM - LES HOMMES QUI N'AIMAIENT PAS LES FEMMES”

dasola a dit…

Bonsoir Rob, j'ai vu ce film car j'ai beaucoup aimé la trilogie. Cette adaptation du tome 1 est une réussite car elle donne envie de (re)lire le roman. La jeune qui joue Lisbeth est pas mal du tout. Celui qui joue Michael Blomkvist m'a paru un peu âgé pour le rôle. Mais c'est un film à conseiller. Bonne soirée.

elo a dit…

"S'il aurait pu (...)", vraiment ? Moyen la crédibilité...

laurenkk a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
laurenkk a dit…

Avec tout le respect que je vous dois, je suis en désaccord, Rob et Dasola. Comme un rat de bibliothèque qui a adoré les livres de Larsson, j'ai été extrêmement déçu par le premier film de la trilogie de Millénium. « les hommes qui n'aimaient pas les femmes » (le film) manque de la complexité, de la profondeur et de l'intrigue que le roman a offert.

Il est indéniable que l'histoire a tous les éléments essentiels pour produire un film excellent - une intrigue intelligente, un mystère unique, un point culminant horrifiant qui se joue par une myriade de personnages avec une profondeur psychologique réelle. Mais malgré cela, ce film n'a pas réussi dans le domaine clé que presque toutes les adaptations échoue : la condensation de l'intrigue pour le scénario.

Stieg Larsson a décrit en détail les événements qui ont eu lieu le jour de la disparition de Harriet Vanger tandis que le film survole le sujet et éliminer ainsi la capacité des téléspectateurs à résoudre l'énigme en même temps que Blomkvist et Salander l'élucider. Bien sûr, certains ne manqueront pas de dire que la condensation de six cents pages de l'analyse intense, des thèmes sociologiques et d'une vaste collection de personnages est impossible lors d'un film de trois heures et donc l'exclusion de certains détails est inévitable dans une adaptation. Cependant, ces nuances subtiles sont la richesse de cette histoire, c'est la raison pour laquelle le livre est un bestseller et la raison pour laquelle il a été adapté tout d'abord.

Malgré ma déception dans le scénario, j'étais plaisamment surpris par la performance de Noomi Rapace. Je suis d'accord avec Rob lorsqu'il a dit que l'actrice impose « sa présence magnétique à l'écran. » Rapace incarne magnifiquement le personnage de Lisbeth Salandar et elle a sans aucun doute prouvé ses capacités comme actrice pendant les scènes de viol brutalement réaliste.

Luna a dit…

J'aime beaucoup l'univers de Stieg Larsson et tout particulière dans "les hommes qui n'aimaient pas les femmes". Je crois bien que c'est mon livre préféré de la trilogie de "Millénium". C'est inquiètant, étrange, mais crédible...

Je viens d'ailleurs de publier mon avis sur ce livre sur mon blog !


Joli article, je reviendrais ;)

Bonne continuation !!

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz