24 mai 2009

Cannes 2009 : le palmarès

L'an dernier, en pariant sur Entre les murs face à un pur inconscient, j'avais gagné une bonne bouteille de rouge. Bis repetita cette année, puisque j'avais mis une pièce sur le film de Michael Haneke, mon adversaire d'un soir ayant misé quant à lui sur Alain Resnais.














Et donc, le palmarès, moins scandaleux que prévu mais tout de même assez austère dans l'ensemble :


Une Palme pour Le ruban blanc.
















Un Grand Prix pour Un prophète.
















Un Prix du jury pour Fish tank...
















...et un autre pour Thirst...
















Un Prix de la mise en scène pour Brillante Mendoza (Kinatay).
















Un prix du scénario pour Lou Ye (Nuit d'ivresse printanière).
















Un prix d'interprétation pour Christoph Waltz (Inglourious basterds).
















Et un autre pour Charlotte Gainsbourg (Antichrist).















Un prix exceptionnel à monsieur Alain Resnais.


































Une Caméra d'Or pour Warwick Thornton (Samson et Delilah)...
















...et une mention spéciale pour Scandar Copti & Yaron Shani (Ajami).















Pour les palmarès des autres sélections, cliquez donc ici.

9 commentaires sur “Cannes 2009 : le palmarès”

Benjamin F a dit…

Bon je veux pas me la raconter, mais suite à ton petit jeu des pronostics, j'avais trouvé aussi ;)

Anonyme a dit…

Isabelle Huppert a tourné avec Haneke et Resnais qui sont tous deux récompensés, et pour le dernier cité, on a même inventé un nouveau prix inattendu qui l'a laissé pantois pour ne pas dire perplexe (son intervention hier soir sur ce point était éloquente).

Tout cela laisse une nouvelle fois l'impression de petits arrangements entre amis. C'était Le Prophète qui devait avoir la Palme.

Rob Gordon a dit…

Vu ce que dit la critique du Haneke, je ne trouve pas ça scandaleux. On verra dans quelques mois, quand on aura vu les films et qu'on pourra en parler en sachant de quoi on parle...

Silent Bo a dit…

Mouais...à l'heure où l'on parle éthique/transparence/déontologie pour à peu près tout le monde du simple chômeur jusqu'au président de la république en passant par les profs, les flics ou encore les chefs d'entreprise, le fait que le jury présidé pas Isabelle Huppert (qui à la lecture de pas mal d'articles apparait comme une présidente très autoritaire) décerne la Palme d'or à un film de Haneke me gène fortement, et ce quelque soit les qualités du film.

/!\ la comparaison qui suit est foireuse, j'en ai tout à fait conscience mais bon...espérons qu'elle ne disqualifiera pas ma démonstration ;) /!\
C'est un peu comme l'histoire Pérol/Sarkozy. Le second a nommé le premier à la tête de la banque issue de la fusion de la Banque Populaire et de la caisse d'épargne. Certes le premier connaissait particulièrement bien le dossier vu que c'est lui qui l'avait supervisé. Seulement voilà, il était un ami proche de notre président "bien aimé" et fort logiquement toute la presse (et pas seulement elle) est tombée à bras raccourcis sur Pérol signalant très justement le conflit d'intérêts flagrant.

Seulement aujourd'hui quand je lis la presse et les blogs dédiés au cinéma, on en parle quasiment pas à l'exception de quelques demi-remarques ci et là et encore ceci est éludé la plupart du temps derrière la qualité de l'œuvre. Seulement aussi bon soit le film de Haneke (et même si c'était le "meilleur film au monde"), cela n'enlève rien au conflit d'intérêt qui, pour moi, entache cette Palme d'or et donc forcément tout le palmarès.

Rob Gordon a dit…

Si on commence à raisonner comme ça, ça va devenir bien difficile pour les sélectionneurs, qui devront choisir une combinaison de films et de membres du jury de façon à ce qu'aucune accusation de favoritisme ne soit possible. Je trouve très bien qu'un type qui a tourné avec la présidente ait le droit d'avoir la Palme s'il la mérite.

Silent Bo a dit…

Oui ou alors ça obligera les sélectionneurs à diversifier les réalisateurs sélectionnés (je parle de la compétition principale, pas des sélections parallèles qui sont beaucoup plus variées) qui ont tendance à être toujours les mêmes (Almodovar, Haneke, Dardenne bros., ...). ;)

laternamagika a dit…

Pour avoir vu la quasi intégralité des films, Le Ruban blanc me parait la palme la plus légitime.

Isabelle Huppert n'a pas été la seule à voir la qualité de ce film, Le Ruban blanc a reçu de multiples récompenses de jury obscures.

Le reste de la sélection était composé de films certes bons - la qualité générale est assez exceptionnelle cette année - mais rien d'inoubliable non plus. Un Prophète, grand prix, et le Ruban blanc palmé, la combinaison me parait très juste.

Par contre un oubli notable, le film de Suleiman, mais étant donné l'allure de ce palmarès, on saisit que c'est une affaire de sensibilité.

Et sinon, concernant les conflits d'intérêt, on se pose moins de questions pour les autres festivals ou, pire encore, les votes des oscars, césars etc. Là en faisant un procès d'intention à Isabelle Huppert, il y a une forme de mépris concernant les autres membres du jury qui avaient voix au chapitre, une forme de mépris envers l'intégrité de la présidente et, pire que tout, une forme de mépris à l'égard du travail de Haneke. Evidemment ca n'engage que moi...

Isabelle Huppert à déjà tourné avec Resnais ? Je n'en ai aucun souvenir.
Et le prix spécial du jury, il commence a être récurrent : 2007 : Gus van Sant pour Paranoid Park ; 2008 : Catherine Deneuve (Un Conte de noel) et Clint Eastwood (Gran Torino)...

Bon et puis on oublie une chose aussi, une Palme c'est important, sans doute. Mais dans le fond quand on aime le cinéma, ce ne sont pas ses récompenses qui comptent, mais les films, que les films existent et que l'on puisse les voir ;)

++
Benoît

PS : Merci beaucoup Rob d'avoir relayé mon travail pendant le festival.

laternamagika a dit…

au fait, la photo que tu as choisis pour Christoph Waltz, ce n'est pas lui ;)

Rob Gordon a dit…

La honte.

Quant à Huppert et Resnais, ils n'ont absolument jamais tourné ensemble.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz