24 avr. 2009

STILL WALKING

En 2004, Hirokazu Kore-Eda nous faisait doucement chialer avec un Nobody knows aussi pudique que touchant, récompensé à cannes pour l'interprétation de son héros haut comme quatre pommes. Cinq ans plus tard (et après une épopée historique inédite dans nos salles), le revoici avec un drame intimiste au sujet éminemment classique (le sempiternel week-end en famille sur lequel plane un deuil), mais où le traitement fait toute la différence. Le cinéaste japonais fait preuve d'une telle délicatesse dans le trait que Still walking apparaît immédiatement comme un petit torrent d'émotionet de sincérité. Il tire grand bénéfice d'une galerie de personnages plus complexes qu'il n'y paraît, révélant leur véritable nature de façon progressive, par le biais de séquences presque anodines d'abord mais qui finissent par prendre sens et par montrer qu'il y a des plaies béantes derrière les sourires de façade.
Le grand-père (le seul à ne pas feindre d'être heureux) est muet comme une carpe, mais a sans doute beaucoup à dire à force d'emmagasiner ce qu'il a sur le coeur. La mamie s'agit dans tous les sens, comme bien d'autres grand-mères, et masque évidemment son chagrin derrière la nourriture et les anecdotes. Et tout le monde ou presque fait un effort pour tenter de passer de bons moments en famille, autour de repas démesurés et délicieux (Kore-Eda filme la bouffe, la façon de la préparer et la façon de la manger comme à peu près personne). Tel est le miracle de Still walking : nous faire passer deux heures à table mais sans avoir le droit de manger, entourés par des personnages pas forcément bavards ou n'échangeant rien de plus que quelques banalités.
Mais les apparences sont trompeuses : si l'on connaît dès le début la nature du deuil (la mort d'un frère par noyade, il y a tout de même quinze ans), une ombre semble planer sur la famille, comme une chape de plomb. Non, pas de révélation croustillante ou désarçonnante en perspective. Juste une modification patiente et chirurgicale du regard porté sur les membres de la famille, qui en quelques dialogues changeraient presque de visage. Ce film pratiquant la politesse du désespoir atteint alors quelques sommets de cruauté, même si l'ensemble ne vire jamais au jeu de massacre. C'est beau, c'est fort, et ça serait sans doute un grand film si Kore-Eda se lâchait un peu plus, s'il oubliait rien qu'une seconde son statut de cinéaste de la dignité, et qu'il daignait pleurer avec ses personnages ce frère trop tôt disparu. S'il n'atteint pas le niveau d'émotion de Nobody knows, Still walking est tout de même une oeuvre forte et vraiment pleine de style.
7/10
(également publié sur Écran Large)

(autre critique sur Sur la route du cinéma)

3 commentaires sur “STILL WALKING”

Foxart a dit…

J'avais aimé Nobody Knows et celui ci me tente encore bien plus !

Pascale a dit…

Il fait vraiment saliver avec ses petits plats dans les grands.

Curieusement, moi aussi j'aurais aimé pleurer comme une occidentale. Mais ça doit être interdit au japon non ?

mimylasouris a dit…

C'est assez incroyable la façon dont ce film arrive à faire prendre sens à des conversations anodines. J'aime bien vos formulations là-dessus - il me faut toujours un long développement pour parvenir à saisir ce que me fait effet dans un film, et dans celui-ci particulièrement.
Et il faudrait trouver la recette des beignets de maïs.

 
"Bienvenue au royaume du pisse-froid inculte qui est au cinéma ce que Philippe Manoeuvre est au rock" (© Trollman)
© 2009 TOUJOURS RAISON.. Tous droits réservés
Design by psdvibe | Bloggerized By LawnyDesignz